Opinions & Humeurs: Le poids des mots

Attraits/Activités · · Commenter

Ainsi le parti  d’opposition à Montréal propose de créer un parc national urbain. Heureusement, le maire s’y oppose. Plus qu’anecdotique, cette suggestion nous rappelle l’importance en tourisme de protéger certains mots afin d’éviter de banaliser tout un secteur.

Lorsqu’on sait, par exemple, que les touristes américains et européens sont massivement attirés par les «parcs nationaux» d’une destination, il importe que les prérequis à la création d’un parc national soient élevés, puisque les voyageurs ont expérimenté une qualité et une unicité élevées dans leur pays d’origine. Déjà que nous avons les parcs nationaux canadiens, québécois et inuits, déjà que l’unicité de certains parcs nationaux québécois récents peut être questionnée, il est essentiel de restreindre l’application de cette appellation afin de ne pas se brûler auprès des visiteurs. Imaginez un nouveau parc national naturel sur l’île de Montréal! C’est pas sérieux. Je veux faire déclarer, moi aussi, ma petite forêt dans Lanaudière de «Parc national Perron»…

Il en est également des appellations réservéesL’agneau de Charlevoix, le Cidre de glace du Québec ou le maïs sucré de Neuville traduisent une unicité et une qualité évidente malgré la complexité de gérer ces appellations. Elles valent cher et sont garantes d’une origine et d’une qualité.

Nous utilisons tellement de mots aujourd’hui, galvaudés et hors contrôle («expérience touristique», «effet Wow!», «hôtel boutique», «table champêtre», etc.), qu’ils nuisent aux entreprises touristiques sérieuses, alors ce sur quoi nous avons collectivement un contrôle, svp soyons-en les gardiens de leur force symbolique.    


Chronique : Opinions & Humeurs, Jean-Michel Perron

Twitter

Nominations

Bruno Leclaire nommé chef de la direction des systèmes d'information de Transat

Transat annonce la nomination de Bruno Leclaire au poste de chef de la direction des systèmes d'information (DSI) et des solutions numériques, avec effet le 1er novembre. M. Leclaire succèdera à Michel Bellefeuille, qui occupait cette fonction depuis huit ans et qui prendra une retraite active le 31 décembre prochain.

Bruno Leclaire s'est joint à Transat en 2015 en tant que vice-président, Commerce électronique et chef, Solutions numériques. À ce titre, il est en charge de la stratégie numérique de Transat, y compris la distribution en ligne B2C, la gestion de la relation client (CRM), le marketing en ligne et la mobilité. Le cumul de ses fonctions actuelles et de ses nouvelles responsabilités à la DSI amènera M. Leclaire à piloter l'ensemble des grands projets technologiques de la Société.

Après avoir co-fondé Jobboom en 2000, Bruno Leclaire a occupé divers postes de direction, notamment chez Transcontinental et Québecor Média, ce qui lui a permis de développer une vaste expérience en technologies numériques et en commerce électronique.

M. Leclaire détient un baccalauréat en technologie de l'information à l'Université de Sherbrooke.

Voir toutes les nominations