Opinions & Humeurs: Ne manquons pas le bateau du tourisme virtuel

Techno, International, Marketing · · Commenter

Le voyagiste TUI et le Club Med s’en servent déjà pour vendre leurs produits aux clients dans leurs agences. Et ça fonctionne très bien.

L’Alliance de l’industrie touristique, les ATR et les ATS et certaines PME touristiques avec un certain budget marketing auraient tout intérêt à s’y intéresser maintenant, pas quand la vague va arriver. L’Écosse vient de lancer une application pour téléphones intelligents en réalité virtuelle présentant ses principaux icônes touristiques. Je crois qu’ils font une erreur, car on ne parle pas ici d’une vraie réalité virtuelle offrant une expérience immersive optimale. Je parle ici de ce que j’ai testé la semaine dernière chez MontVR, une nouvelle attraction sur St-Denis avec les casques Oculus et Vive dont quelques courtes vidéos touristiques présentant la réalité dans une yourte mongole et dans un parc national africain, produites par une firme de Montréal, Félix & Paul. En passant, essayez quelques montagnes russes si vous n’avez pas le cœur sensible...

Il faut se projeter dans l’avenir si proche. Imaginez dans les délégations du Québec et les ambassades du Canada à travers le monde, dans les salons, dans les centres Infotouristes, dans les lobbys de grands hôtels, pouvoir faire vivre aux touristes potentiels des expériences au Québec comme celles que j’ai vécues chez MontVR. Ce seraient des ventes assurées!  Si on ne le fait pas nous-mêmes, si on ne trouve pas des façons de protéger légalement par des droits d’auteur nos expériences touristiques en RV, il va arriver ce qui est arrivé aux hôteliers, les contenus et les réservations suite à des projections en RV seront contrôlés par de grands groupes internationaux comme le sont par exemple Trivago et Booking pour les hôtels.  Si les hôteliers indépendants s’étaient rapidement regroupés il y a 15 ans en devenant efficaces et transactionnels sur leurs sites Web, ça ne se serait pas produit comme ça.

Avec le tourisme de masse, avec des destinations qui ne peuvent plus supporter un plus grand nombre de visiteurs, la Réalité Virtuelle en tourisme va créer pour certaines destinations deux types de touristes: ceux qui viennent physiquement en payant le gros prix et ceux qui vivent la destination virtuellement en payant beaucoup moins cher et en restant chez eux. La RV pourrait même se développer vers les cinq sens incluant l’odorat, le goûter et le toucher. Mais évidemment et heureusement elle ne remplacera jamais le contact personnalisé et non «théâtralisé» avec les gens locaux.

Et la Réalité Augmentée? Contrairement à la Réalité virtuelle (RV), la RA consiste à utiliser ce que vous voyez vraiment où vous vous trouvez en superposant du virtuel. Il y 8 ans je parlais de la vague de la Réalité Augmentée (RA) à venir sous peu. Ouais, je me suis trompé de 10 ans, elle n’est toujours pas là mais elle progresse.

En tourisme, la RV c’est pour mieux se vendre; la RA c’est pour bonifier la qualité des expériences touristiques et comme outil de formation exceptionnel. Imaginez se promener dans le Vieux-Québec tout en rencontrant virtuellement Champlain et une série de personnages historiques, interagir dans sa chambre d’hôtel avec des personnages locaux qui présentent ce qu’il y a à faire dans les environs, etc.

Les coûts élevés des technologies requises vont diminuer au fur et à mesure de l’adoption massive de celles-ci. Déjà 6 millions de casques en RV ont été vendus. Alors pourquoi ne pas devenir des pionniers mondiaux en tourisme de la RV et de la RA? 

Chronique : Opinions & Humeurs, Jean-Michel Perron

Trop c'est trop, publiée le 6 mars 2017

Le changement dans notre ADN touristique, publiée le 27 février 2017

Innover en tourisme au Québec - une mise en marché hors-norme, publiée le 20 février 2017

Innover en tourisme au Québec - Partie 1, publiée le 13 février 2017

Comment mieux vendre le Québec?, publiée le 6 février 2017

Financement public des festivals: nécessité, création d'une dépendance étatique ou saupoudrage de fonds publics?, publiée le 30 janvier 2017

Il faut plus de Wow à YUL, publiée le 23 janvier 2017

On est tous des caribous..., publiée le 16 janvier 2017

Village-relais, un fantasme de fonctionnaires?, publiée le 9 janvier 2017

Le nouveau pont Champlain, une icône touristique?, publiée le 19 décembre 2017

Les 7 Québécois, publiée le 12 décembre 2016

Twitter

Nominations

Fairmont Le Reine Elizabeth

Fairmont Le Reine Elizabeth est fier d’annoncer la nomination de Moisés Beaujean au poste de Gérant de la plonge depuis le 15 mai 2017. Moisés se joint à nous fort d’une expérience de plus de 23 ans dans le domaine de l’hôtellerie et la restauration. Il a détenu jusqu’à récemment avec succès le poste de gérant de la plonge à l’hôtel Hyatt Regency Montréal. Moisés a occupé différents postes, tel que gérant du restaurant à l’hôtel J.W. Marriott au Mexique, directeur de la restauration à Arc The Hotel à Ottawa, maître d’hôtel à l’hôtel Opus et maître d’hôtel banquets à l’hôtel Hyatt Regency.

Voir toutes les nominations