Pourquoi le tourisme autochtone est-il devenu un pilier pour le développement touristique du Québec ?

Associations, Dossiers Spéciaux · · Commenter

Le tourisme autochtone a été annoncé par le ministère du Tourisme comme l’un des piliers de développement touristique pour le Québec.

« Les acteurs du tourisme autochtone contribuent à faire du Canada une destination originale et unique », a déclaré Gudie Hutchings, secrétaire parlementaire pour la Petite Entreprise et le Tourisme.

Encore méconnue, cette thématique connaît pourtant un intérêt grandissant à la fois auprès des locaux que des touristes internationaux. Au cours des 15 dernières années, l’achalandage des sites touristiques autochtones au Québec a subi une hausse de 30%, portant le nombre de visiteurs annuels dans les entreprises touristiques autochtones à 1 160 000 en 2016. Chaque année, les manifestations pour le Pow-Wow remportent un vif succès. Une belle progression qui a attiré ma curiosité. Cette semaine, je fais le point sur cette niche de marché devenue incontournable. Pourquoi le Québec mise sur le tourisme autochtone? Quelles sont les infrastructures d’accueil pour découvrir cette culture millénaire? Les événements immanquables de la saison? Quelles sont les retombées économiques pour le Québec? Quel est l’avenir du tourisme autochtone?

LES CHIFFRES CLÉS DU TOURISME AUTOCHTONE AU QUÉBEC

  • 11 nations autochtones
  • 55 communautés
  • 229 entreprises touristiques autochtones au Québec
  • plus de 130 expériences touristiques
  • plus de 1 M de visiteurs
  • un budget de 8,6 M sur quatre ans pour le développement de l’industrie touristique autochtone (accordé par le gouvernement)
  • représente 3 500 emplois
  • des retombées économiques de l’ordre de 169 M$.
  • au cours des 5 dernières années, le membership de Tourisme Autochtone Québec a subi une hausse de 118% et une hausse du budget annuel de 195%

POURQUOI EST-CE AUSSI POPULAIRE?

C’est populaire car c’est original, authentique et divertissant! Les touristes veulent vivre quelque chose de différent. Au Québec, la proportion de la clientèle internationale qui visite une entreprise touristique autochtone est de 42 % selon le TAQ. Un beau chiffre qui néanmoins laisse percevoir encore un potentiel non exploité.

« À l’heure où les touristes recherchent des expériences plus que de simples visites, le tourisme autochtone trouve complètement sa place lors de leurs séjours au Québec. Si ce type de tourisme a autant la cote, c’est qu’il permet de voyager hors des sentiers battus, à la rencontre d’un univers authentique et encore méconnu avec la possibilité de rencontrer des locaux. La demande est grandissante et nous avons plaisir à offrir ces excursions thématiques aux touristes du monde entier. Cette niche de marché est encore sous-développée et représente un réel potentiel pour les acteurs du tourisme au Québec », a déclaré Marion Haillant, responsable du service Groupe chez le réceptif Toundra Voyages.

Le tourisme autochtone surfe aussi sur les clichés du Québec et de l’Amérique qui fascinent les visiteurs.  La demande ne date pas d’hier puisque selon une recherche de la  en 2008, 85 % des Français, 72 % des Allemands et 46 % des Britanniques étaient intéressés à vivre une expérience de culture autochtone spécifiquement lors de leur prochaine visite au Canada.

Même si le nombre d’entreprises touristiques autochtones a plus que doublé depuis le début des années 2000 au Québec, la demande internationale pour le tourisme autochtone reste plus importante que l’offre disponible.

QUI SONT LES TOURISTES? PLUS DE 60% SONT DES QUÉBÉCOIS!

Dans la dernière étude d’impact économique datant de cette année (2017), les touristes qui ont visité des sites touristiques autochtones étaient en provenance des régions suivantes:

  • 39% sont des excursionnistes québécois
  • 25% sont des touristes québécois
  • 14% sont français
  • 9 % sont des autres provinces canadiennes
  • 5 % sont de l’Europe (sauf la France)
  • 3 % sont des américains
  • 5 % d’autres pays

On constate donc qu’il y a un réel intérêt de la part des locaux. Un élan qui a aussi permis notamment d’allonger la durée d’exploitation de la plupart des sites touristiques autochtones.

Lire l'article complet

Source: Profession Voyages

Twitter

Nominations

Hôtel et Centre de Villégiature du Lac Carling

M. Marc Dériger, directeur général est heureux d’annoncer les nominations suivantes:

Guy Déom au poste de directeur des ventes. M. Déom est en poste depuis le mois d’avril dernier. Il possède une solide expérience en vente et commercialisation de forfaits hôteliers en plus d’une expertise en tourisme d’affaires et gestion d’événements. Il a auparavant été chargé de comptes chez Misa Tours International, gestionnaire de Voyages AML et délégué commercial pour Croisières AML. Son expérience sur le marché corporatif et les réseaux de distribution sont un atout pour l’hôtel.

Justin Charrette, nouveau chef exécutif à l’Hôtel du Lac Carling, en poste depuis le 1er août. Justin Charrette, originaire de l’Outaouais, a complété ses études à l’école hôtelière Relais de la Lièvre et Seigneurie puis a travaillé au Fairmont Château Montebello de 2014 à 2017, avec un passage en France à l’été 2016 afin d’approfondir ses connaissances et élargir ses horizons. Justin est un vrai passionné de cuisine et est prêt à relever le nouveau défi que lui offre l’Hôtel du Lac Carling tel que créer de nouveaux menus avec principalement des produits du terroir et offrir une grande variété de plats savoureux et santé.»

Voir toutes les nominations