Les hausses annoncées sont importantes mais pas déraisonnables

Restauration, Gouvernements, Économie · · Commenter

L'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) est satisfaite du scénario de hausses des taux du salaire minimum annoncé par la ministre responsable du Travail, Mme Dominique Vien.

« L’ARQ croit que les hausses prévues d’ici 2020 ne sont pas déraisonnables et que l’orientation que souhaite prendre le gouvernement de fixer à moyen terme le taux du salaire minimum à 50 % du salaire moyen au Québec est intelligente et réfléchie », a souligné M. François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l'ARQ. « Il est certain que ces augmentations exigeront tout de même un effort de la part des employeurs, surtout dans un contexte économique où chaque sou compte, mais ce scénario est préférable à une hausse trop grande et trop rapide du salaire minimum au Québec, ce qui aurait fragilisé de nombreuses entreprises », a-t-il ajouté. 

Au 1er mai 2017, le taux du salaire minimum régulier atteindra donc 11,25 $ l’heure, une hausse de 50 cents, et celui des travailleurs à pourboire passera à 9,45 $ l’heure, une hausse de 25 cents. L’écart entre les taux régulier et à pourboire s’élèvera désormais à 16 %. L’ARQ est heureuse de constater que sa demande de longue date de fixer l’écart entre les deux taux à 20 % sera une réalité en 2020, quand le taux régulier se situera à 12,45 $ et celui à pourboire à 9,95 $.

Pour l’ARQ, augmenter le taux du salaire minimum à pourboire dans la même proportion que le taux régulier n’aurait fait qu’accentuer le déséquilibre qui existe en restauration entre la rémunération du personnel de salle, qui est déjà bien souvent à plus de 20 $ de l’heure, et celle du personnel de cuisine.

Fondée en 1938, l’ARQ regroupe 5 300 membres ayant réalisé, en 2015, plus 6 milliards de dollars de ventes, soit environ la moitié du total des recettes de toute l’industrie de la restauration au Québec.

Source: ARQ

LIRE AUSSI: 

Hausse du salaire minimum: hôteliers et restaurateurs au cœur du débat

OPINION - La restauration au Québec: près de 85% de nos restaurants seraient en mode survie!

Twitter

Nominations

Hôtel et Centre de Villégiature du Lac Carling

M. Marc Dériger, directeur général est heureux d’annoncer les nominations suivantes:

Guy Déom au poste de directeur des ventes. M. Déom est en poste depuis le mois d’avril dernier. Il possède une solide expérience en vente et commercialisation de forfaits hôteliers en plus d’une expertise en tourisme d’affaires et gestion d’événements. Il a auparavant été chargé de comptes chez Misa Tours International, gestionnaire de Voyages AML et délégué commercial pour Croisières AML. Son expérience sur le marché corporatif et les réseaux de distribution sont un atout pour l’hôtel.

Justin Charrette, nouveau chef exécutif à l’Hôtel du Lac Carling, en poste depuis le 1er août. Justin Charrette, originaire de l’Outaouais, a complété ses études à l’école hôtelière Relais de la Lièvre et Seigneurie puis a travaillé au Fairmont Château Montebello de 2014 à 2017, avec un passage en France à l’été 2016 afin d’approfondir ses connaissances et élargir ses horizons. Justin est un vrai passionné de cuisine et est prêt à relever le nouveau défi que lui offre l’Hôtel du Lac Carling tel que créer de nouveaux menus avec principalement des produits du terroir et offrir une grande variété de plats savoureux et santé.»

Voir toutes les nominations