Retour sur l'édition virtuelle des Journées Nationales du Tourisme d'Affaires (JNTA) – 1re partie

Associations, Tourisme d'affaires · · Commenter

Le rendez-vous annuel des professionnels en tourisme d'affaires s'est tenu le 24 mars dernier en direct du studio de captation de l'hôtel DoubleTree par Hilton Montréal et le lendemain, 25 mars, en webdiffusion. Grâce à la plateforme numérique 3-D umanize, les organisateurs d’événements et représentants de destinations d’affaires ont participé à cet événement entièrement virtuel, mais totalement immersif et interactif. Ainsi, en deux jours, les participants ont pu assister à des conférences, faire le tour du Québec, échanger avec leurs pairs et développer leurs réseaux d'affaires. Retour sur ces journées d'exception.

Les Journées Nationales du Tourisme d'Affaires 2021 ont rassemblé cette année 87 exposants et 270 représentants d’entreprises issues de l’organisation d’événements d’affaires, ces derniers représentant un potentiel de 17 000 nuitées d’ici fin 2022, sur une plateforme de diffusion et d'échange qui permettait de mettre en contact les professionnels de l'industrie.

La salle d’exposition 3-D accueillant 87 kiosques personnalisés aux multiples fonctionnalités facilitant le réseautage.

La première journée, qui s'est tenue sous les thèmes de l'innovation et de l'adaptation, était animée par Danièle Henkel, la célèbre ‘’dragonne’’ et cheffe de file dans le domaine des affaires et de l'entrepreneuriat au Canada. En plus d'inaugurer l'événement et de donner le ton, elle a aussi animé une fort intéressante table ronde sur l'innovation. Dans le cadre d’une allocution, Caroline Proulx, ministre du Tourisme, a tenu à réitérer l’importance du tourisme d'affaires pour prolonger la saison touristique au Québec, tant d’un point vue économique que culturel, et le conférencier invité, Nicolas Duvernois, fondateur de PUR Vodka, a partagé son expérience personnelle quant à la pandémie et l'art de se réinventer. Le lendemain, deux conférences virtuelles animées respectivement par les entrepreneures Julie Bourbonnière et Mélissa Chouinard visaient à décortiquer les enjeux et alternatives aux événements virtuels, qui sont désormais la norme. Mais, qu'en restera-t-il, une fois la pandémie derrière nous ? ...

Danièle Henkel, en direct du studio de captation, à l’ouverture des Journées Nationales du Tourisme d’Affaires.

La ministre du Tourisme Caroline Proulx présentait une allocution, en direct de ses bureaux.

Se préparer à la relance

L'événement se voulait aussi un coup d'envoi pour la relance touristique, que l'équipe de Tourisme Affaires Québec espère pour l'été. Au moment de sa diffusion, de nombreuses régions du Québec étaient retombées en zone orange, de nouveaux assouplissements étaient prévus en zone rouge et la campagne de vaccination bat déjà son plein, bref, le mot d'ordre à l'heure actuelle est: espoir, mais encore, relance.

« Le secteur touristique, on ne se le cachera pas, a été gravement touché, mentionnait le directeur général de Tourisme Affaires Québec, Gilber Paquette. Ainsi, 85% des événements en tourisme d'affaires ont été annulés en 2020 et les pertes avoisinent les 535 M$. Toutefois, quand "la machine" repartira, il n'y aura pas de demi-mesures. Ce sera la folie. »

Gilber Paquette en direct du studio de captation diffusée via la plateforme

Cette hypothèse, avancée par M. Paquette en début d'événement, était également largement partagée par plusieurs panélistes.

Les legs de la pandémie

Lors de la table ronde sur l'innovation, animée par Danièle Henkel, il fut largement question de l'avenir de l'industrie. Trois femmes d'affaires, la directrice générale de l'Association des femmes en finance du Québec, Martine Cantin, la directrice des ventes de l'hôtel DoubleTree par Hilton Montréal, Gessée Chartré, et la directrice générale de Tourisme Shawinigan, Valérie Lalbin, ont ainsi répondu à la question: "que nous restera-t-il de la pandémie?".

Le panel sur l’innovation animée par Danièle Henkel en direct du studio de captation

« Notre rapport au temps et notre gestion des priorités ont changé depuis la pandémie, et ce n'est pas nécessairement négatif, a pour sa part confié Valérie Lalbin. Plusieurs ont dû se rabattre sur le tourisme local avant de s'apercevoir que, c'est génial en fait. Les Québécois n'ont jamais été aussi en amour avec leur province, et j'ai envie que ce goût du Québec demeure. »

Pour Gessée Chartré, qui opère un hôtel pratiquement vide depuis 12 mois, « l'offre de services doit rester modulable, on ne peut plus tenir pour acquis ce qu'on faisait avant, et continuer de le faire de la même façon pour toujours. Aujourd'hui, je parle beaucoup plus avec mes clients, on prend plus le temps de comprendre les besoins, on est plus créatifs aussi. Avant tout était dans la rapidité, là on est dans la qualité de la relation. »

Martine Cantin, qui organisait auparavant la totalité de ses événements à Montréal, en présentiel, confie : « La pandémie nous a ramené à l'essentiel et nous a tous mis sur le même pied d'égalité. On a tous fait le virage au virtuel en même temps, et, lors de la relance, on sera tous au même niveau. On a tout arrêté en même temps et on va tous repartir en même temps. »

Gilber Paquette conclut: « La pandémie nous aura révélés que les réunions d’affaires sont avant tout des rencontres entre les gens. Derrière un écran, nous perdons un élément fondamental de la communication humaine: le langage corporel. »

Une fois la pandémie derrière nous, M. Paquette est d'avis que nous vivrons, du moins à moyen terme, des rapports humains plus authentiques dans le cadre de nos réunions d’affaires. Effectivement, les participants qui se déplaceront dans le futur pour assister à un événement le feront parce qu’ils en ont réellement envie.

« Finalement, l’expérience que l’on fait vivre au participant en tant qu'organisation prendra une place plus importante que jamais, ce qui mettra sans contredit de la pression sur les organisateurs.trices d'événements afin de sans cesse trouver de nouvelles idées pour enrichir l'expérience du voyageur d’affaires, explique-t-il.»

"Se réinventer, c'est un état d'esprit"

Nicolas Duvernois a quant à lui partagé son histoire personnelle face à la pandémie lors de sa conférence sur l’innovation et a confié que c’est dans l’échec que naît l’innovation.

Nicolas Duvernois présentant sa conférence : "Entreprendre à l’état pur"

« D’échec en échec, on se réinvente et on fait son chemin, a-t-il confié. Il faut être prêt à bouger et ne jamais se satisfaire du statu quo si on veut s’en sortir. Se réinventer, c’est un état d’esprit. On ne choisit pas d’innover, on le fait tout simplement. »

Danièle Henkel abondait dans le même sens, « Il ne faut pas négliger l’importance d’être en action, ça motive tout le monde d’être en mode solution. II faut démontrer qu’on est en mouvement et qu’on existe, même si on vit une crise. »

Elle conclut: « La clé du succès, c’est d’abord et avant tout l’ouverture au changement et bien sûr à l’innovation. »

Merci à nos prestigieux partenaires

Leur soutien a grandement contribué au succès de ces deux journées d’événement.


À propos des Journées Nationales du Tourisme d’Affaires

Les Journées Nationales du Tourisme d’Affaires sont produites et organisées par Tourisme d’Affaires Québec. Cet événement annuel s’adresse aux organisateurs et organisatrices d’événements et a pour objectif de les aider à trouver les sites qui accueilleront leurs prochains événements d’affaires, et ce partout au Québec.

Le tourisme d’affaires est un secteur vital de l’économie québécoise

Cette industrie génère annuellement 664 M$ en dépenses directes[1] par l’organisation de près de 3450 événements d’affaires à travers la province. Le secteur, qui emploie normalement près de 27 000 personnes, contribue ainsi à la vitalité économique et sociale des régions. En 2020, la pandémie a causé l’annulation de près 85 % des événements d’affaires, engendrant des pertes de 535 M$.


À propos de Tourisme d’Affaires Québec

Fondée en 1981, Tourisme d’Affaires Québec est l’association touristique qui oeuvre à la promotion, la valorisation et la croissance du secteur du tourisme d’affaires au Québec. L’association s’affaire à fédérer, représenter et mettre en valeur ses membres en adoptant un leadership sectoriel qui profite à l’ensemble des parties prenantes du tourisme d’affaires. Formé de 148 entreprises, l’effectif actuel de l’association se compose d’hôtels, de centres de congrès et de foires, de destinations touristiques, de municipalités et d’associations touristiques régionales [ATR]. Tourisme d’Affaires Québec regroupe 92 % des infrastructures du secteur des réunions d’entreprises et congrès au Québec.

Renseignements

Gilber Paquette
Directeur général
Tourisme d’Affaires Québec
1 888 969-1307
info@congres.com
tourismedaffaires.com


[1] Nuitées, location de salles et repas