Cinq préoccupations des propriétaires d’hôtels, par Sylvain Drouin

Hébergement · · Commenter

Depuis bientôt trois ans, le milieu hôtelier a été largement bousculé. C’est en partie grâce à des propriétaires résilients et combatifs que l’industrie a su survivre et reprendre. Cela semblait logique de prendre un instant pour reconnaître les principaux défis auxquels ils sont confrontés aujourd’hui.

  1. Hausses des différents coûts : Déneigement, assurances, compte de taxes municipales et équipements divers, le propriétaire reçoit avec un sentiment d’impuissance les diverses hausses et doit se demander jusqu’à quel point il sera en mesure de refiler une partie des augmentations à ses clients tout en demeurant compétitif et en maintenant un rapport qualité/prix acceptable pour sa clientèle.
  2. La pénurie de main-d’œuvre : Aucun propriétaire ne dort convenablement la nuit en sachant qu’il lui manque des effectifs pour assurer le niveau de service désiré. Plusieurs propriétaires-opérateurs se retrouvent à nettoyer des chambres ou assurer une présence de nuit, alors que cela était chose du passé pour eux. Fermer des services ou des sections sont des décisions déchirantes et sont parfois utilisées en dernier recours.
  3. L’incertitude ambiante : Qu’on parle de récession possible, de nouvelles vagues de COVID ou de tensions politiques, chaque article consulté et chaque nouvelle regardée au journal télévisé apporte son lot de questionnements pour le propriétaire, qui a parfois de la difficulté à se projeter sur un horizon plus grand que les prochains mois.
  4. La relève : C’est souvent à la vente de l’hôtel que le propriétaire bénéficie pleinement de ses efforts, de sa patience et de sa bonne gestion. Malgré des ventes qui continuent de se réaliser dans ce domaine, il faut reconnaître que les acheteurs potentiels ne se manifestent pas en grand nombre. Il faut trouver à la fois des gens avec les moyens financiers, intéressés à opérer avec le mode de vie qui vient avec, ou bien capables de créer une équipe apte à le faire.
  5. La santé : Que ce soit leur santé physique ou mentale, les propriétaires demeurent des humains qui ont vécu comme tout le monde cette pandémie. Se retrouvant parfois bien seuls avec leurs problèmes, ils tiennent le fort en attendant que la vague passe et encaissent, jour après jour, les reproches des différentes parties prenantes sur le fait qu’ils n’en font pas encore assez. Ils doivent parfois arrêter avant de craquer.

La prochaine fois que vous croisez un propriétaire d’hôtels, prenez donc le temps de lui demander sincèrement comment il va.

 

Sylvain Drouin
Associé Horwath HTL


Lire aussi: 

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 5 DÉCEMBRE 2022

  • Hôtel Sheraton Montréal Aéroport - Kim Létourneau
  • Hôtel HONEYROSE, Montréal, a Tribute Portfolio Hotel - Émilie Gosselin
  • Hôtel Monfort - Jérôme Gagnon
  • Musée canadien de l'histoire - Caroline Dromaguet
Voir toutes les nominations