Salaire minimum: augmentation modérée, mais tout de même difficile pour un secteur grandement affecté par la pandémie

Restauration, Associations, Économie · · Commenter

Alors que la pandémie de la COVID-19 frappe encore de plein fouet l’économie et que les salles à manger des restaurants ont été refermées une fois de plus, l’Association Restauration Québec (ARQ) ne peut accueillir l’annonce de la hausse du salaire minimum qu’avec inquiétude. Les augmentations annoncées au taux minimum régulier (+0,75 $/l’heure) et à celui au pourboire (+0,60 $ l’heure) représentent tout de même un défi important pour l’un des secteurs qui, 22 mois après les débuts de la crise, est loin d’avoir repris le dessus.

C’est un fait connu que la majorité des restauratrices et restaurateurs du Québec ont dû s’endetter ou sont passés à travers leurs économies au cours des mois précédents pour garder leur établissement en vie, maintenir leurs employés au travail dans la mesure du possible, et ce, malgré les subventions gouvernementales disponibles. Cette nouvelle hausse de 5,6 % n’est donc pas sans conséquence. Bien qu’il reste à proprement dit peu d’employés payés au salaire minimum dans l’industrie, cette augmentation aura un effet domino sur tous les autres salariés de l’entreprise et, par conséquent, sur la masse salariale globale. De plus, les exploitants devront aussi subir aussi l’augmentation des prix des aliments qui découleront de la hausse du salaire minimum sur toute la chaîne bioalimentaire.

« Cette annonce, bien qu’elle aurait pu être pire avec des hausses plus importantes, demeure très difficile pour notre secteur », a déclaré Martin Vézina, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales. « Les salles à manger de nos membres sont fermées actuellement, leurs revenus sont à la baisse depuis longtemps, mais on leur demandera d’augmenter leurs dépenses. Dans ce contexte, il est impératif que le gouvernement offre un calendrier clair de réouverture », a-t-il ajouté.

L’ARQ est tout de même satisfaite du maintien de l’écart de 20 % entre le taux régulier et celui au pourboire décrété par le gouvernement, un gain historique obtenu il y a quelques années par l’industrie.

Fondée en 1938, l’ARQ regroupe plus de 5 000 membres ayant réalisé, en 2019, plus de 6 milliards de dollars de ventes, soit environ la moitié du total des recettes de toute l’industrie de la restauration au Québec.

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 26 SEPTEMBRE 2022

  • Tourisme Autochtone Québec - Patricia Auclair
  • Hôtel Humaniti Montréal - Félix Laurence
  • Hôtel Humaniti Montréal - Karyne Lortie
  • La Fondation Pointe-à-Callière - Chantal Vignola

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations