L'industrie québécoise est-elle prête à accueillir les touristes chinois?

Marketing · · Commenter

En cette fin janvier ensoleillée, une équipe de tournage d’une chaîne télévision de Guangzhou s’apprête à s’élancer en traîneau à chiens sur les pistes de Saint-Hyppolite. Neige immaculée, air cristallin, chiens huskies aux yeux azur: tout pour séduire les caméras chinoises venues faire le plein d’images exotiques pour un reportage sur les beautés hivernales du Québec.

 

Ce ne sera pourtant qu’une des escales de la grande virée nordique qu’a préparée Tourisme Laurentides pour ces journalistes et animateurs télé triés sur le volet, invités pour attirer les touristes chinois dans ce coin de pays enneigé. Leur auditoire: les 50 millions d’habitants de la mégalopole formée par Guangzhou et ses villes satellites du sud de la Chine.

« Nous sommes la première destination des touristes chinois après Montréal et Québec, dit-elle (Fabienne Hervé). Il faut leur vendre nos expériences hivernales, car on s’attend à ce que de plus en plus de Chinois s’intéressent aux sports d’hiver. » L’intérêt de la télévision chinoise pour ce coin de forêt boréale n’est pas né du hasard. Pékin veut amener 300 millions de Chinois à pratiquer les sports d’hiver d’ici aux Jeux olympiques que la ville accueillera en 2022. 

« Pour eux, ce sont des éléments qui frappent l’imaginaire. La neige et la glace sont des attraits, car plusieurs Chinois viennent du sud du pays. On mise sur la découverte des expériences propres à l’identité et au territoire québécois », affirme François G. Chevrier, vice-président de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec.

Mais une fois lancée cette opération charme, encore faut-il pouvoir accueillir ces voyageurs appelés à augmenter en raison de la croissance exponentielle de la classe moyenne chinoise, soutient Jean-François Lépine, directeur des représentations au Bureau du Québec à Shanghai depuis deux ans. « Des millions ont été investis pour ouvrir de nouvelles liaisons aériennes, maintenant il faut livrer la marchandise ! Les Chinois sont des consommateurs aguerris ; s’ils sont déçus, ils ne reviendront pas. »

De fait, pour obtenir sa part du biscuit chinois, l’industrie touristique tente de généraliser les pratiques susceptibles de faire flancher ces nouveaux visiteurs, appelées China Ready. Un guide de base, développé par Tourisme Québec, énumère les passages obligés pour assurer un séjour confortable à ces honorables globe-trotters.

Lire l'article complet

Source: Le Devoir

À lire aussi: Opinions & Humeurs: Tourisme chinois au Québec: c'est pas «chinois»?

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 20 mai 2019

  • Tourisme Baie-James - Isabelle Milord
  • Groupe Voyages Québec - Angelina Miconiatis
  • Alliance de l’industrie touristique du Québec - Jean-Philippe Bastien, Catherine Blanchette, Manon Blanchet, Anne-Hélène Couturier
  • Raymond Chabot Grant Thorton - Véronique Boucher

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations