Entrevue avec Raija Ruunsunen sur l'expérience touristique finlandaise

Grandes Entrevues · · Commenter

Entrevue avec Mme Raija Ruusunen, conférencière invitée au 1er Forum sur le développement touristique local - Hôtel Montfort Nicolet QC - 20-21 avril 2016

Dans le cadre de la préparation du forum sur le développement touristique des municipalités de 15 000 habitants et moins qui se tiendra les 20 et 21 avril prochain à l’Hôtel Montfort de Nicolet, une conférencière internationale a été invitée pour faire connaître l’approche stratégique réalisée sous ce thème à l’étranger. Les expériences réalisées en Finlande s’imposaient compte tenu des similarités géographiques, climatiques et touristiques de ce pays par rapport à celles du Québec.

Pierre Labrie, expert-conseil en tourisme au sein de Lemay Stratégies, a récemment discuté avec Madame Raija Ruusunen, conférencière invitée pour parler de l’expérience finlandaise le 21 avril prochain.

Q : En quelques mots, qui est Raija Ruusunen?

Je suis professeur en tourisme et gestionnaire à l’Université des Sciences Appliquées Karelia qui est localisée à Joensuu, ville située à plus de 450 km de la capitale Helsinki. J’assume depuis août 2015 la coordination d’un nouveau comité national sur le développement du tourisme rural en Finlande. Précédemment, j’ai été directement impliquée dans l’élaboration de tous les efforts de développement faits en matière de tourisme rural depuis 1997. Enfin, je suis titulaire d’une maîtrise en sciences de l’Université de l’Est de la Finlande.

Q : En quoi la Finlande ressemble-t-elle au Québec comme destination touristique?

Avec plus de 338 000 km², la Finlande est le cinquième territoire en importance de l’ensemble des pays de l’Union européenne. Tant par sa population que par sa géographie, la Finlande a beaucoup de similarités avec le Québec : notamment quatre saisons distinctes, une géographie à l’image du Québec avec de nombreux lacs et la présence de l’eau, ainsi qu’une population dispersée sur l’ensemble d’un vaste territoire. En hiver, la Finlande et la Laponie en particulier sont des concurrents directs du Québec en Europe pour la pratique des sports d’hiver et les forfaits multiactivités.

Q : Quelle est l’importance du tourisme dans l’économie finlandaise? 

Notre industrie touristique se classe au cinquième rang des secteurs d’exportation de l’économie finlandaise; les industries chimiques se classent en premier, la foresterie en deuxième, la métallurgie en troisième et l’électronique en quatrième. On estime qu’environ 14 M de visites/personnes sont faites par les Finlandais à l’intérieur de notre pays et leurs dépenses dans l’économie sont évaluées à 9 milliards d’euros (13.2 milliards $ canadiens)!

Q : Et le tourisme international?

En 2014, nous avons accueilli 5.7 M de visiteurs qui ont injecté 3.1 milliards d’euros (4.5 milliards $ canadiens) dans notre économie.

Q : Et en termes d’emplois?

Plus de 140,000 emplois sont maintenus directement dans l’ensemble de nos entreprises touristiques!

Q : Qu’est-ce qui a amené le gouvernement finlandais à s’intéresser à une politique de développement du tourisme rural? 

Le tourisme rural a vivoté longtemps sous l’écran de radar du développement économique et touristique, car nos autorités gouvernementales ne croyaient pas à son potentiel compte tenu de la particularité de nos régions où l’on ne retrouve essentiellement que de très petites entreprises.

À titre d’exemple, pendant très longtemps, nos statisticiens ne recensaient même pas les taux d’occupation et l’achalandage des établissements hôteliers de moins de 50 chambres! Aujourd’hui, c’est corrigé en partie, car tous les établissements de 20 chambres et plus ont l’obligation de fournir leurs statistiques d’opération.



Q : Et à quel moment cette nouvelle stratégie a-t-elle démarré?

Tout cela a commencé au tournant des années 2000 quand le Ministère de l’Emploi et de l’Économie a pris la décision de se doter d’une nouvelle stratégie de développement touristique et, en parallèle, d’une stratégie de développement du tourisme rural. Cette stratégie nationale de développement touristique a été centrée autour de quatre axes de développement, soit : le plein air, le bien-être (well being), la culture et la gastronomie/produits du terroir. Toutefois, pour exploiter à fond le potentiel de développement de ces quatre axes, force a été de constater qu’il fallait s’attaquer de front au développement des microentreprises situées en région et développer à cette fin une stratégie bien adaptée au milieu. C’est comme ça qu’est née la première stratégie nationale de développement du tourisme rural en parallèle à la grande stratégie nationale. C’est comme ça que je me suis retrouvée au cœur de l’action dès le début!

Q : Aujourd’hui ces deux stratégies sont-elles encore d’actualité?

Oui bien sûr, mais sous une forme différente, car suite aux résultats très positifs de la stratégie initiée en 2006, le tourisme rural a été intégré à l’intérieur de la nouvelle stratégie nationale de développement touristique adoptée récemment. D’une certaine façon, nous avons réussi à abolir les silos et à créer un environnement de travail collaboratif et inclusif de toutes les composantes de notre industrie tant au plan national, que local et régional.

Q : Comment est structurée l’industrie touristique finlandaise?

Nous avons bien sûr un Office national du tourisme (www.Visitfinland.com) chargé à la fois de la promotion, de l’accueil et du développement. L’ensemble de notre territoire est divisé en 18 régions administratives incluant la région de notre capitale nationale Helsinki. Dans chacune des régions, on retrouve des associations touristiques régionales et des organismes locaux de développement, mais leur cadre de gouvernance peut varier d’une région à l’autre.

Q : Et votre rôle dans tout ça?

Depuis le mois d’août 2015, mon mandat est de mobiliser et de coordonner les ressources dans chacune des régions pour qu’elles travaillent davantage ensemble, tout en faisant connaître les meilleures pratiques de développement touristique. Notre défi est de nous assurer que l’offre que nous développons soit de qualité et propose à nos clientèles touristiques des expériences authentiques.

Tout cela est fort intéressant! J’ai hâte d’en apprendre davantage lors de votre conférence le 21 avril prochain! Merci de donner cette occasion de partager avec vous le travail que nous avons fait en Finlande et, en même temps, merci de me donner l’occasion de découvrir quelques facettes d’une destination touristique comparable à la nôtre.



Propos recueillis en anglais par Pierre Labrie et adaptés en français pour le compte de Lemay Stratégies

Twitter

Nominations

Hôtel et Centre de Villégiature du Lac Carling

M. Marc Dériger, directeur général est heureux d’annoncer les nominations suivantes:

Guy Déom au poste de directeur des ventes. M. Déom est en poste depuis le mois d’avril dernier. Il possède une solide expérience en vente et commercialisation de forfaits hôteliers en plus d’une expertise en tourisme d’affaires et gestion d’événements. Il a auparavant été chargé de comptes chez Misa Tours International, gestionnaire de Voyages AML et délégué commercial pour Croisières AML. Son expérience sur le marché corporatif et les réseaux de distribution sont un atout pour l’hôtel.

Justin Charrette, nouveau chef exécutif à l’Hôtel du Lac Carling, en poste depuis le 1er août. Justin Charrette, originaire de l’Outaouais, a complété ses études à l’école hôtelière Relais de la Lièvre et Seigneurie puis a travaillé au Fairmont Château Montebello de 2014 à 2017, avec un passage en France à l’été 2016 afin d’approfondir ses connaissances et élargir ses horizons. Justin est un vrai passionné de cuisine et est prêt à relever le nouveau défi que lui offre l’Hôtel du Lac Carling tel que créer de nouveaux menus avec principalement des produits du terroir et offrir une grande variété de plats savoureux et santé.»

Voir toutes les nominations