L’Association touristique autochtone du Canada est déçue par le budget fédéral 2021-2022

Associations, Gouvernements, Économie · · Commenter

L’Association touristique autochtone du Canada (ATAC) reconnaît les investissements consacrés au tourisme autochtone, aux peuples autochtones et à leurs communautés. L’ATAC est profondément préoccupée par les sommes minuscules consacrées directement au secteur touristique autochtone, dans le contexte actuel où les entreprises touristiques autochtones sont confrontées à de dures épreuves.

 «À l’heure actuelle, les entreprises touristiques autochtones sont en sérieuses difficultés et l’industrie menace de s’effondrer sans financement significatif», déclare Keith Henry, président-directeur général de l’ATAC. «Le tourisme autochtone constitue un moteur économique d’importance pour de nombreuses communautés autochtones au pays et ce budget fédéral a considérablement raté la cible en ce qui concerne l’industrie touristique autochtone, laissant les entrepreneurs du secteur pour compte. Le gouvernement fédéral a maintes fois affirmé, y compris la ministre des Finances encore hier, qu’il n’y a pas de relation plus importante que celle avec les peuples autochtones; il est donc regrettable de constater le faible soutien direct au secteur touristique autochtone. »

«Nous avons déjà tellement perdu»déclare M. Henry. «Avant la COVID-19, le secteur touristique autochtone célébrait en 2019, son année la plus prospère à ce jour, comptant 1900 entreprises touristiques autochtones, 40 000 employés du secteur et une contribution de 1,9 milliard de dollars au produit intérieur brut (PIB) du Canada. Aujourd’hui, les répercussions économiques de la pandémie ont atteint des proportions catastrophiques, de nombreuses entreprises ont été contraintes de fermer définitivement leurs portes et, par conséquent, on estime qu’il ne reste plus que 1000 entreprises touristiques dirigées par des autochtones et 15 284 employés au sein du secteur

Le budget fédéral prévoit un soutien aux entrepreneurs autochtones, comprenant entre autres 2,4 millions de dollars alloués directement à l’ATAC. Cependant, dans le cadre du plan de relance stratégique 2020-24 de l’ATAC, dont l’objectif est de répondre, de rétablir et de relancer l’industrie touristique autochtone au Canada pour atteindre en 2024 les résultats de 2019, l’ATAC avait signifié un besoin de 50 millions de dollars entre 2020 et 2024. De plus, l’ATAC, a élaboré une stratégie de réponse à la deuxième vague avec un investissement recommandé de plus de 18 millions de dollars en aide d’urgence afin de stabiliser le secteur contre d’autres pertes économiques et d’infrastructure. La demande à l’intérieure du budget fédéral totalisait 68,3 M$ et a été exposée clairement aux partenaires fédéraux, aux ministres et au comité des finances fédéral. En 2019-20, l’ATAC disposait d’un budget de 20 millions de dollars pour remplir ses obligations et ce budget est maintenant réduit à 2,4 millions de dollars, soit moins de 3 % du montant initialement demandé. Compte tenu des circonstances, l’ATAC ne parviendra pas à fournir les programmes envisagés pour la relance de l’industrie touristique autochtone et s’inquiète désormais de voir le secteur complètement s’effondrer.

Malgré cette omission manifeste du gouvernement fédéral de prévoir un financement direct par le biais de solutions dirigées par les autochtones pour soutenir le secteur touristique autochtone, l’ATAC, à titre d’entité nationale défendant les intérêts des entreprises touristiques autochtones et protégeant l’avenir de l’industrie, poursuivra ses efforts pour faire reconnaître son statut en tant qu’entité distincte au sein du tourisme et luttera aux côtés de ses membres pour assurer leur survie.

«Le budget ne tient pas compte du fait que les solutions développées, administrées et mises en œuvre par les autochtones sont indispensables pour permettre à nos communautés de bénéficier d’un accès sans entraves aux programmes offerts en dehors des bureaucraties traditionnelles et systématiques», a déclaré M. Henry. «Les peuples et les entreprises autochtones ne cadrent tout simplement pas dans ces structures et, par conséquent, ils ont toujours été privés de l’aide des programmes fédéraux. Après avoir fait la démonstration de notre capacité à soutenir nos entreprises par le biais de subventions et de projets marketing au cours de l’année 2020, nous avions espoir que le gouvernement fédéral collabore à nouveau avec nous afin d’administrer une aide directe à notre industrie. Nous avons travaillé avec diligence en collaboration avec nos partenaires de l’industrie pour mettre au point un plan de relance – qui offrait des solutions viables et un calendrier de relance de notre industrie – mais à ce jour, l’ATAC ne semble pas avoir été retenue pour jouer à nouveau son rôle et ne dispose pas du financement nécessaire pour concrétiser ce plan ou tout autre programme à ce jour

Dans un plan d’action détaillé destiné aux prochaines étapes de la relance et de la résilience, l’ATAC a défini 32 objectifs essentiels pour redresser le secteur et apporter un soutien direct et indispensable à ses membres – dont le nombre a atteint le chiffre record de 977 membres au 31 mars 2021, témoignant du leadership et de la confiance dont jouit l’ATAC au sein de son secteur – et pour sécuriser son réseau d’organisations touristiques autochtones provinciales et territoriales, ainsi que pour stabiliser les activités nationales de l’ATAC. Avec ces objectifs en place, l’ATAC prévoyait allouer un budget de 14 millions de dollars dans son plan d’action 2021-22 pour appuyer cette relance par des mesures accélérées dirigées et coordonnées par les autochtones. Ces mesures, visant à renforcer le développement de l’industrie touristique autochtone à travers le Canada, comportent, entre autres, des subventions aux entreprises, des campagnes marketing nationales, un soutien aux provinces et aux territoires, des études et des analyses de satisfaction, ainsi que la mise en place d’un service téléphonique d’aide à la santé mentale et de soutien au développement des entreprises pour faciliter l’accès aux programmes.

Avec un budget fédéral d’une ampleur sans précédent, l’industrie du touristique autochtone est apparemment laissée pour compte. Le secteur touristique autochtone requiert une stratégie nationale, coordonnée et dirigée par les autochtones afin de répondre, relancer et renforcer la résilience face aux impacts dévastateurs de la pandémie de la COVID-19 et ce budget fédéral a complètement raté la cible en ce qui concerne l’industrie touristique autochtone du pays. Les peuples autochtones utilisent le tourisme comme moyen pour redécouvrir et partager leurs cultures avec le monde entier et ce budget porte un autre coup à la sauvegarde des langues, des cultures et des modes de vie autochtones. Le tourisme autochtone distingue le Canada des autres pays et le gouvernement fédéral a raté l’occasion de se réconcilier véritablement avec les peuples autochtones et de mettre en valeur les expériences les plus populaires et les plus recherchées du pays.

Pour de plus amples informations sur le budget fédéral, cliquez ici.

Pour consulter le plan de relance stratégique 2020-24 de l’ATAC, cliquez ici.

Source: Association touristique autochtone du Canada

Twitter

Nominations

NOMINATIONS DES 7 DERNIERS JOURS + SEMAINE DU 3 MAI 2021

  • TouriScope - Chrissy St-Pierre
  • Bota Bota, spa-sur-l’eau – Annick Beauchemin
  • Partenariat du Quartier des spectacles - Émilie Chabot
  • AATGQ (Terroir & Saveurs) - Aurore Lambert
  • Alliance de l'industrie touristique du Québec - David Fily, Isabelle Julien et Sabrina Paquette
  • CA Musée d'art de Joliette - Pierre Bellerose
  • CA Alliance de l'industrie touristique du Québec - Annie Landry

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations