Du rétroviseur au pare-brise

Techno, Marketing · · Commenter

J’ai commencé ma carrière « touristique » en 2003, près de vingt ans déjà…

Beaucoup de chose ont changé depuis dans nos métiers. Concepts, outils et visions se succèdent, mais une chose parait intangible: l’outil de mesure de notre activité est encore très centré sur la «nuitée», qui demeure l’alpha et l’oméga de toute stratégie d’observation.

Certes les outils d’analyse en la matière évoluent et s’affinent, l’INSEE, la taxe de séjour, les baromètres hôteliers MGK ou In Extenso, et maintenant Fluxvision permettent d’avoir une vision plus « précise » de cette question, et aussi plus «rapide». S’ajoute à ce comptage de nuitées la mesure de la nationalité et du pourcentage d’étrangers, de la dépense moyenne, du trafic au comptoir de nos Offices de Tourisme, et de la fréquentation des sites, musées et prestataires d’activités.

Bref du quantitatif, de l’économique, et surtout du… rétroviseur !!! Toutes ces données reflètent le passé mais n’éclairent en aucune mesure le chemin qui est de devant nous…

Or, pour piloter, que ce soit une voiture ou une entreprise, il faut aussi et surtout un pare-brise pour regarder devant, et également des phares pour éclairer la route quand elle est trop sombre. Il est en outre nécessaire de regarder tout à la fois au loin mais aussi juste devant, ainsi qu’à gauche et à droite pour mieux voir arriver des dangers éventuels, sans oublier bien entendu les rétroviseurs.

Il est donc nécessaire de renforcer les dispositifs d’observation existants par d’autres qui permettent d’objectiver des tendances, et s’appuient sur des données statistiquement plus robustes que les coups de fil ou les mails, aujourd’hui outil de collecte privilégié, complétés périodiquement par des études menées par des instituts de sondage, à l’échelle nationale, régionale et départementale.

Cela tombe bien, ces outils qui «regardent devant» existent désormais, souvent basés sur du «scraping» de données de plateformes de commercialisation de meublés, comme Airdna ou Liwango. Certes, l’analyse se base également sur la donnée «nuitées», mais elle s’effectue sur l’état des réservations à venir, et sur des volumes davantage significatifs s’agissant des données des principales OTA opérant sur ce marché (Airbnb, Abritel…).

Il est à noter que certaines OTAs, et notamment Booking, sont également partageuses de données, pour peu qu’on les leur demande. Ces données sont des informations intéressantes en matière de prix moyen, de fenêtre de réservation, de note moyenne d’une destination par rapport à une autre, de taux d’annulation ou de tendances de réservation pour les périodes à venir.

Lire l'article complet

Source: etourisme.info

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 19 SEPTEMBRE 2022

  • MNBAQ - Guillaume Savard

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations