Consultations de l'OCPM sur l'avenir du parc Jean-Drapeau - Revenir à la vocation principale du parc et redonner aux Montréalais un accès direct à la nature

Études, Attraits/Activités, Gouvernements · · Commenter

L'Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ) a déposé la semaine dernière son mémoire à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans le cadre du processus qui mènera à l'élaboration du Plan directeur 2018-2028 du parc Jean-Drapeau par la Société du Parc Jean-Drapeau (SPJD). L'AAPQ y souligne l'éloignement du parc de sa vocation principale, soit de constituer un espace vert offrant aux Montréalais et aux Québécois un accès direct à la nature. L'association propose par ailleurs des outils de prise de décision afin d'adopter une vision d'ensemble du lieu et de faire du parc Jean-Drapeau un pôle de design.

« L'AAPQ souhaite accroître la superficie d'espaces verts et le nombre d'activités récréotouristiques sur le parc Jean-Drapeau pour offrir aux Montréalais et aux visiteurs un milieu de grande qualité où ils pourront profiter de la nature en pleine zone urbaine. Nous voulons aussi leur permettre de reconnecter avec le fleuve, comme l'avaient imaginé les premiers architectes paysagistes mandatés pour concevoir le parc. Nos propositions visent à regarder vers l'avenir et favoriser une vision qui conjugue esthétisme, divertissement et durabilité », affirme Bernard Bigras, directeur général de l'AAPQ.

FAIRE DU PARC JEAN-DRAPEAU UN PÔLE DE DESIGN QUI REPOSE SUR UNE VISION D'ENSEMBLE

D'un paradis boisé et insulaire à l'aménagement du jardin des Floralies, en passant par l'Expo 67, le parc Jean-Drapeau a été le théâtre de plusieurs innovations architecturales et en aménagement paysager. Cependant, la majorité des derniers investissements ont été alloués au développement de grands évènements, tant sportifs que de divertissement, au détriment des actifs naturels et des infrastructures vertes.

« Nous souhaitons nous inspirer du legs que nous ont laissé les différents visionnaires du parc Jean-Drapeau pour concevoir un aménagement qui réaffirmera la position de Montréal comme ville UNESCO de design, en s'appuyant sur son patrimoine naturel et culturel. L'AAPQ offre toute sa collaboration à la Société du parc Jean-Drapeau et à la Ville de Montréal pour faire du parc un pôle de design de renommée internationale », ajoute Isabelle Giasson, présidente de l'AAPQ.

Le manque de vision d'ensemble, reconnu par la SDPJ dans son document État des lieux du parc Jean-Drapeau dévoilé en 2018, a entrainé le fractionnement des fonctions du parc, affectant sa vocation de grand espace vert. Pour pallier cet enjeu, l'AAPQ propose plusieurs outils de prise de décision qui favoriseront le développement d'une vision holistique du lieu, dont :

1) l'élaboration d'un plan de gestion des actifs intégrant les actifs naturels
2) l'adoption d'une stratégie de végétalisation, et
3) l'élaboration d'une Charte du paysage pour le parc Jean-Drapeau

L'AAPQ recommande aussi de mettre en place un programme d'immobilisation des Jardins des Floralies développant une approche en matière de design végétal et d'intégrer des architectes paysagistes dans l'équipe de direction de mise en œuvre du Plan directeur 2018-2028 ainsi que dans les équipes de gestion.

UN SITE PATRIMONIAL À PRÉSERVER

L'AAPQ rappelle que le parc Jean-Drapeau bénéficie d'un statut de site patrimonial depuis 2007 et qu'il constitue l'un des cinq grands parcs urbains de Montréal. Le prochain plan directeur devra en tenir compte afin de prévoir un aménagement à la hauteur de cette reconnaissance et de celle des professionnels qui ont façonné l'identité de ce lieu emblématique au Québec.

Les recommandations de l'AAPQ ont été entendues le 27 septembre lors des séances d'audition des opinions de l'OCPM.

Consultez le mémoire de l'AAPQ

 

Twitter

Nominations

NOMINATION, semaine du 3 décembre 2018

  • L'InterContinental Montréal: Sébastien Gagné

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations