Congrès AHQ - 3 solutions pour palier à la pénurie de main d'oeuvre en hôtellerie par Karine Miron

Hébergement, Associations · · Commenter

J’ai eu la chance d’assister au Congrès de l’Association hôtellerie Québec (AHQ) lundi dernier à Québec. Une journée riche en conférence portant sur la thématique de l’excellence en hôtellerie en abordant notamment un enjeu de taille: la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur hôtelier. Les conférences avaient pour but d’éduquer sur des solutions afin de palier à cette pénurie si importante.

Voici mon résumé de la journée et les principaux constats que j’en ai tirés:

1. Recruter à l’international

Plusieurs conférenciers et participants au panel ont souligné l’importance du recrutement international comme solution durable à la pénurie de main-d’œuvre.

Plusieurs programmes existent afin de faciliter le recrutement dont un guichet d’accès unique comportant un accompagnement personnalisé pour les hôteliers, dont celui du ministère de l’Immigration, tel qu’expliqué par Nancy Carignan et ses collègues. Ceci permettrait  de pallier à de nombreux problèmes causés par le manque de main-d’œuvre: horaire surchargé, hausse des salaires, etc.

2. Recruter et faciliter l’inclusion des autistes

Le recrutement peut également inclure des personnes détenant le diagnostic de l’autisme à haut niveau de fonctionnement. Ces personnes sont très intelligentes et s’avèrent généralement des employés engagés qui prennent à cœur leur travail.

Leur intégration nécessite plus d’adaptation, mais le résultat en vaut la peine, selon Lise-Marie Gravel de l’organisme Autisme sans limites. La conférencière a d’ailleurs démystifié plusieurs mythes sur l’autisme, notamment le fait qu’il ne s’agit pas d’une maladie mentale. L’intégration de la personne autiste nécessite aussi un accompagnement afin de faciliter les chances de succès.

3. Recruter et faciliter l’intégration des jeunes diplômés en hôtellerie

Les écoles offrant des programmes de tourisme et d’hôtellerie sont un bassin intéressant à exploiter pour palier à la problématique de main-d’œuvre. France Dionne de l’Institut du tourisme et de l’hôtellerie du Québec (ITHQ) mentionnait l’importance de bien intégrer et former les jeunes diplômés que ce soit dans le cadre d’un stage ou d’un premier emploi. Il est important de prendre le temps de leur transmettre votre passion du métier et ainsi assurer la rétention de ces derniers dans le secteur, d’autant plus la pénurie de main-d’œuvre.

Pour finir, mention spéciale à l’Hôtel Monville à Montréal qui a remporté le prix de l’hôtelier de l’année 2018 au congrès.

Source: Karine Miron pour TourismExpress

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 18 mars 2019

  • Tourisme Bas-Saint-Laurent - Pierre Lévesque
  • Croisière AML - Patrice Massicotte

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations