Jean Bédard : visionnaire et homme de conviction, pionnier du tourisme durable, par Jean-Michel Perron

Grandes Entrevues · · Commenter

« Quand on a débuté en tourisme, je ne savais pas ce qu’était une ATR », me lance candidement Jean Bédard, lui qui a commencé sa carrière de biologiste dans le Nord. Son expérience de vie et ses convictions environnementalistes le placent dans une classe à part. Il a, entre autres, permis de sauver la vallée de la Jacques-Cartier, au nord de Québec, en faisant dérailler un projet de barrage d’Hydro-Québec en 1973, à une époque où le mot « écologie » ne voulait rien dire au Québec…

Ce passionné de 83 ans des oiseaux et du Saint-Laurent a su créer dès 1990, à l’île aux Lièvres, face à Rivière-du-Loup, un site touristique plus dépaysant, authentique et durable que bien des destinations plus isolées de notre planète. Il a surtout réussi un troc original entre l’Homme et la nature : la société Duvetnor protège les espèces maritimes, dont le canard Eider, en échange de son duvet, dont le prix varie de 1500 $ à 2000 $ le kilo. Il faut savoir qu’il est dans la tradition des mariages allemands d’offrir une couverture en duvet, reconnu pour sa chaleur, son élasticité et le fait qu’il soit antiallergène.

Duvetnor a pour mission de protéger l’habitat naturel de ce coin maritime du Québec et de servir de vitrine en sensibilisant les visiteurs à la richesse de notre biodiversité.

Se rendre sur cette île, comme je l’ai fait l’automne dernier, c’est découvrir des gens passionnés, autonomes et déterminés qui entourent Jean Bédard depuis plus de 24 ans; c’est s’immerger de pure nature avec les sons uniques de l’environnement marin; c’est un équilibre entre le nombre de voyageurs et les lieux; ce sont des opérations complexes d’une île isolée et avec ses panneaux solaires, mais pragmatiques, respectant l’environnement.  

Le voyageur peut dormir dans le secteur du magnifique phare (3 chambres), dans la jolie auberge de 9 chambres, dans l’un des 7 très confortables chalets, ou sur l’un des 25 emplacements rustiques de camping. Avec ses 30 employés et ses 4 navires, Duvetnor présente une organisation touristique professionnelle, apte à inspirer bien des PME qui se cherchent un modèle de gestion et de résilience dans ces temps incertains. « Une des clés de notre réussite repose sur le fait qu’on a avant tout compté sur nous-mêmes et des partenaires locaux, pas sur les gouvernements… », renchérit le fondateur, président du CA de cet OBNL et directeur général.

Prochaine étape? Jean Bédard, qui a la détermination des gens qui vivent le territoire, rêve que l’île serve de camp de base, permettant la découverte du fleuve au-delà de l’île, autant au départ de Rivière-du-Loup que de Charlevoix. Il a le regard déterminé et la lucidité de ceux qui savent que malgré les changements climatiques, la pollution et le risque de perte de la biodiversité qui s’ensuit, la planète a besoin d’un tourisme à la « Duvetnor », qui a tracé la voie à un modèle durable d’écotourisme au Québec.

Saluons cet esprit libre, lucide et pionnier d’un tourisme autrement.

Jean-Michel Perron
Bénévole à Tourisme durable Québec
Conseiller chez PAR Conseils 
Blogueur sur Tourte Voyageuse

 

Crédit, photo de Jean Bédard: Alexandre Champagne
Crédit, photo du phare: Nicolas Gagnon

Twitter

Nominations

NOMINATIONS 7 DERNIERS JOURS & SEMAINE DU 8 AOÛT 2022

  • HD marketing - Catherine Choquette
  • Le Centre Sheraton de Montréal - Christopher Spear
  • Ôrigine artisans hôteliers - Isabelle Gagnon

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations