YQB présente son bilan de l'année 2020 - Garder le cap quand la tempête frappe...

Transports, Économie · · Commenter

Alors que le secteur aérien figure parmi les industries les plus fragilisées, l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec (YQB) dévoile des résultats financiers à l'image des effets de cette pandémie, mais inversement proportionnels aux efforts et à la détermination des équipes de transformer un contexte pandémique en un levier de croissance et de repositionnement.

Malgré une réduction du tiers de ses coûts fixes, YQB aura absorbé des pertes de 26,7 M$ en 2020 et estime que ses pertes s'élèveront à quelque 100 M$ d'ici son retour à la rentabilité. En ce qui concerne le trafic passager, la réalité s'est avérée encore plus brutale que le pire des scénarios envisagés. YQB a terminé l'année 2020 avec un total de 535 111 passagers par rapport à 1 789 005 en 2019. C'est toutefois en 2021 que l'administration aéroportuaire envisage de toucher le fond du baril alors qu'à peine 100 000 passagers sont attendus à YQB. À la lumière de prévisions faites par des experts de l'industrie, on estime qu'il faudra au moins cinq ans pour retrouver le niveau de trafic passager de 2019.

« Évidemment, cette pandémie est venue affecter tous les volets de nos activités. La situation a commandé une grande rigueur budgétaire et a forcé la prise de décisions difficiles. Bien que nous n'ayons que peu de contrôle sur ce qu'il adviendra de notre industrie au sortir de la pandémie mondiale, nous étions et demeurons les mieux placés pour réfléchir aux solutions qui s'offrent à nous pour ressortir plus forts de cette épreuve, avec des leviers pour générer de la croissance », a plaidé Lise Lapierre, présidente sortante du conseil d'administration de YQB.

REBONDIR

En décembre dernier, YQB a dévoilé un plan destiné à assurer la relance des activités aéroportuaires et à diversifier ses activités et ses revenus en plus de renforcer son rôle de moteur économique régional. Ce plan, qui repose sur cinq projets porteurs, a la capacité de produire un effet structurant et multiplicateur pour la grande région de Québec ainsi que pour tout l'est et le nord du Québec.

Il consiste à faire ce qui suit :

  1. Optimiser la zone de chalandise;
  2. Consolider la desserte aérienne régionale;
  3. Mettre en place une plateforme logistique intermodale;
  4. Aménager un parc aéroportuaire;
  5. Mettre en opération un centre de prédédouanement américain.

« L'industrie du transport aérien est probablement l'une des plus affectées par la crise qui sévit actuellement. Nous avons été les premiers immobilisés et serons probablement les derniers à reprendre notre envol. Pendant ce temps, nous travaillons sans relâche à préparer la relance afin que notre aéroport reprenne rapidement cet élan qui a été si brusquement freiné. En attendant de connaître quand la reprise sera possible, nous travaillons activement sur le comment », d'ajouter Stéphane Poirier, président et chef de la direction.

Par ailleurs, en marge de l'assemblée publique annuelle (APA), les administrateurs ont procédé à l'élection de M. André Boulanger à titre de président du conseil d'administration. Administrateur depuis 2019, M. Boulanger occupait, jusqu'à maintenant, la fonction de vice-président. Mme Lapierre, première femme à occuper ce poste, a complété le maximum de trois mandats prévus aux règles de gouvernance. YQB tient à remercier chaleureusement Mme Lapierre pour son engagement et sa rigueur indéfectibles.

« Depuis un an, notre organisation déploie tous les efforts requis pour transformer les défis en opportunités. Si nous nous sommes relevé les manches en 2020 pour nous assurer d'avoir un plan de relance porteur pour notre région, les prochains mois seront cruciaux pour en assurer le financement et la réalisation. Il faudra continuer de miser sur le travail d'équipe et les forces vives de la région pour soutenir une relance durable », a conclu M. Boulanger.

Faits saillants

  • Baisse du trafic passager de 70 % en 2020 avec 535 111 passagers par rapport à 1 789 005 passagers en 2019
  • À peine 100 000 passagers attendus à YQB en 2021
  • Au moins cinq ans nécessaires pour retrouver le niveau de trafic passager de 2019
  • Baisse de 59,7 % des revenus en 2020, aboutissant à un déficit de 26,7 M$
  • Pertes estimées à quelque 100 M$ d'ici le retour à la rentabilité

À propos de l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec (YQB)

YQB est géré par Aéroport de Québec inc., la société sans capital-actions et à but non lucratif qui, depuis le 1er novembre 2000, en assure la gestion, l'exploitation, l'entretien et le développement. Plus d'une dizaine de transporteurs y offrent de multiples liaisons aériennes à destination de l'Amérique du Nord, de l'Amérique centrale, des Caraïbes, du Mexique et de l'Europe, dont des services quotidiens vers les principales plaques tournantes du nord-est de l'Amérique.

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 10 MAI 2021

  • Auberge Saint-Antoine - Maddy Bordier
  • ACCORD Tourisme Nordique - Frédéric Maltais
  • Club Med Canada - Annie Archambault et Ariane Brouillette
  • Impéria Hôtel & Suites - Kathleen Khazoom
Voir toutes les nominations