Pas simple d'être touriste en temps de pandémie...

International · · Commenter

En ce vendredi saint, jour férié en Alsace, je vous écris confortablement installé au bord de cette merveilleuse piscine en Corse du sud où je profite de vacances bien méritées (bien sûr !). Encore une preuve que rédiger sur etourisme.info est un vrai sacerdoce !!! Je sais, vous allez me dire que j’ai bien de la chance de profiter de l’île de beauté… et vous avez raison !

Nous sommes trois couples d’amis, qui arpentons l’île de beauté depuis presque une semaine maintenant. Merci à eux d’avoir alimenté cette petite chronique sans le vouloir. Cela me permet de vous livrer un regard très concret sur les tribulations touristiques au printemps 2021.

EXTRAITS CHOISIS DE CETTE SAGA VACANCIÈRE

La veille du départ

Moment de stress en attendant les résultats du test PCR obligatoire pour pouvoir embarquer pour la Corse. On ne sait pas quelques heures avant le départ si on peut effectuer le voyage. Il y a mieux comme mise en confiance !

Trajet vers Marseille pour prendre le ferry

Départ d’Alsace de bon matin. Escale sur une aire d’autoroute à midi pour être sûrs de trouver un déjeuner. Restauration rapide sur un banc en plein vent. Vraiment pas fun…

Étape en chambres d’hôtes à Vaison-la-Romaine

Sur les conseils d’une bonne amie qui se reconnaîtra, nous dénichons des chambres d’hôtes AVEC table d’hôtes ! Et là un vrai moment de grâce : nous sommes servis à table pour un très bon repas. Quel bonheur de retrouver cette sensation !

Embarquement à Marseille vers 17h

3 ou 4 contrôles de nos attestations sanitaires. À bord assez peu de monde car on est un peu hors saison. Seul un snack propose de la vente à emporter de pizzas, donc longue attente…

Arrivée à Porto-Vecchio à 8h

Débarquement matinal. Que peut-on faire jusqu’à la prise de la location prévue à 15h sans cafés ni restaurants ni sites culturels ouverts ? Fort heureusement, comme nous sommes les premiers vacanciers de la saison, notre logeuse accepte de nous ouvrir la maison dès 9h !

Escapade à Bonifacio et ses plages

40mn de voiture et nous voilà sur ce sublime site. Époustouflant ! Visite de la vielle ville quasiment déserte, un vrai bonheur. Mais bien sûr une pause toilettes s’avère bientôt nécessaire, voire urgente… Et là commence la chasse aux toilettes publiques puisque tous les cafés et restaurants sont fermés. Enfin nous aboutissons au but en découvrant des toilettes publiques automatiques et payantes avec un charmant voyant vert allumé, signe que la place est libre ! La pièce de 50cts réclamée est insérée. Rien ne se passe. Après 7 ou 8 tentatives, il faut se rendre à l’évidence, la porte ne s’ouvrira pas, enfer et damnation !!! Un petit panneau « fermé » au lieu de cette maudite lumière verte aurait éviter un bel énervement. Après ce moment un peu tragi-comique autour de l’édicule, l’ambiance se tend à l’aune de l’urgence urinaire… Comme semble-t-il pour la plupart des visiteurs, ce sont les bosquets aux abords des parking qui permettront d’éviter le pire…

Et pour le déjeuner, on a dû se débrouiller avec quelques victuailles achetées dans la supérette près du port et dégustées sur un muret bien morne.

Lire la suite

Source: e-tourisme.info

Twitter

Nominations

NOMINATIONS DES 7 DERNIERS JOURS + SEMAINE DU 12 AVRIL 2021

  • Collectif Nova - Anne-Julie Dubois
  • Vacances Air Canada - Lucie Guillemette
  • Vélo Québec - Éric Joly
  • Destination Beauce - Émilie Gagnon (intérim)
  • Éco-Nature et le Parc de la Rivière-des-Mille-Îles - Annie Morrisseau
Voir toutes les nominations