«Bouc émissaire instinctif»: l’industrie du voyage dénonce le rétablissement des restrictions de voyage

Distribution, International, Gouvernements, Économie · · Commenter

Les émotions sont toujours vives alors que l’industrie du voyage fait face aux retombées de l’avis de voyage rétabli par le gouvernement fédéral contre tous les voyages non essentiels à l’extérieur du Canada.

L’avis a été annoncé le 15 décembre, à quelques jours des vacances et quelques semaines seulement après que l’industrie a commencé à reprendre de l’élan après le premier avertissement de voyage de 20 mois.

Pour une industrie qui pensait avoir tout vu pendant cette pandémie, l’avis de niveau 3, rendu moins de deux mois après le début de la reprise, est un nouveau creux.

Les vétérans de l’industrie du voyage des deux côtés de la chaîne, fournisseurs et détaillants s’expriment.

« LES POLITICIENS PLUS INTÉRESSÉS PAR LA POSTURE »

« Il semble que nos politiciens fédéraux soient plus intéressés à prendre position. Fermer les frontières semble moins difficile qu’examiner les données et prendre des mesures efficaces », a déclaré à notre rédaction Laurielle Penny, directrice générale de Worldwide Expeditions.

« Nous tous qui travaillons dans le domaine des voyages et du tourisme, tous les voyageurs et tous les Canadiens devraient contacter nos représentants provinciaux et fédéraux pour insister sur une action réelle pour lutter contre la pandémie et ne plus être un bouc émissaire instinctif de tout un domaine d’activité », dit Penny.

Elle note que les résultats des tests aux frontières pour les voyageurs entièrement vaccinés (arrivées internationales par voie terrestre et aérienne) du 10 septembre au 27 novembre 2021, montrent un taux de positivité global de 0,14 %. Cela se compare à un taux de positivité quotidien de 3,2 % au 27 novembre 2021 pour les tests de laboratoire pour COVID-19 en Ontario. Comme le souligne Penny, sur la base de ces chiffres, le taux de positivité de la population générale est 23 fois plus élevé que le taux des voyageurs à l’arrivée.

« Les voyages ne sont pas le vecteur clé de la transmission du COVID-19 à ce stade. La meilleure allocation des ressources gouvernementales devrait être de fournir ces ressources aux zones où la transmission est importante. Ce n’est pas le voyageur entièrement vacciné qui est testé négatif au test COVID-19 avant de monter à bord d’un avion à destination du Canada qui devrait être la priorité », dit-elle.

Penny ajoute que “les vagues de menaces de difficultés à la frontière” et la fameuse idée que ” les personnes qui voyagent à l’étranger risquent d’être bloquées” sont inutiles et ne font rien pour améliorer la situation sur le terrain.

Lire la suite

Source: Profession Voyages

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 19 SEPTEMBRE 2022

  • MNBAQ - Guillaume Savard

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations