L’industrie hôtelière interpelle le futur gouvernement à prioriser les dossiers de travailleurs étrangers en hôtellerie

Hébergement, Associations, Gouvernements, Ressources humaines · · Commenter

L’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) ainsi que l’Association des hôtels du Grand Montréal (AHGM) interpellent tous les partis politiques en cette campagne électorale provinciale 2022 afin de réitérer l’urgence d’améliorer et de prioriser le traitement des dossiers des travailleurs étrangers soumis par les établissements d’hébergement du Québec.

Crédit photo : AHGM

Nous en convenons, la pénurie de main-d’œuvre touche tous les secteurs, mais en hôtellerie, la situation a grandement été aggravée par les mesures mises en place à la suite de la crise sanitaire de la COVID-19. Le manque d’employés atteint désormais un niveau critique.  

Les voyageurs, organismes, représentants gouvernementaux, entreprises en provenance des quatre coins du monde viennent visiter notre province, découvrent nos valeurs, notre accueil, ce qui nous distingue et ce qui fait de nous une destination d’exception. La première impression qu’ils ont de la ville est portée par l’hôtellerie, l’épine dorsale de l’écosystème touristique.   

« C’est non seulement la capacité de nos établissements hôteliers de recevoir les plus grands congrès et sommets internationaux qui est en jeu, mais la réputation de notre province quant à sa qualité d’accueil supérieure, et ce, tant auprès du tourisme d’affaires que du tourisme d’agrément. Tout ça peut et pourra s’en trouver diminué, terni. Cette perte de capacité et de réputation affecte déjà et continuera de fragiliser cet écosystème et l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement et, du coup, le développement économique du Québec. Si on continue ainsi, on met inévitablement à mal les ambitions à la fois économiques et touristiques du Québec. », constate M. Alupa Clarke, directeur général de l’AHRQ.  

C’est un fait, le poids économique de l’industrie touristique est trop souvent sous-estimé et non considéré par les hautes instances. Pourtant l’effet multiplicateur de ses activités essentielles – héberger, divertir et nourrir – permet de regrouper 25 000 entreprises qui contribuent à la vigueur de l’économie de proximité et à la création de 402 000 emplois directs et indirects. Présent aux quatre coins du Québec, le tourisme contribue donc significativement à la vitalité économique et sociale des régions alors qu’il permettait de générer 16 milliards de dollars en recettes dans l’économie de la province avant la pandémie.

Les calendriers événementiels de 2023 et 2024 sont déjà bien remplis, et les réservations vont bon train pour 2025 et 2026. Il faut dès maintenant se combler les déficits en main-d’œuvre qualifiée pour accueillir ces événements d’affaires, qui auront des retombées de plusieurs centaines de millions de dollars par année.

Une industrie proactive qui réclame de l’aide

Depuis des mois, les hôteliers de l’AHGM et de l’AHRQ rivalisent de créativité pour attirer, mobiliser et retenir les candidats. Ils investissent déjà des sommes considérables dans le recrutement à l’étranger, de surcroit dans des pays francophones, et ils mettent de l’avant de nombreuses initiatives structurantes à court et moyen terme

Me Jean-Sébastien Boudreault, président-directeur général de l’AHGM et aussi avocat en immigration, est bien au fait de la situation :  

« Malheureusement, les délais de traitement des dossiers de travailleurs étrangers auxquels sont confrontés nos membres sont tout simplement inacceptables, et viennent carrément mettre en péril la viabilité des ententes développées. En d’autres termes, les travailleurs étrangers souhaitent travailler ici, les hôteliers souhaitent embaucher ces travailleurs, mais la machine gouvernementale québécoise empêche ce pairage de s’effectuer rapidement et freine la sortie de crise de notre industrie. » 

Il est essentiel que le ministère de l’Immigration, Francisation et Intégration (MIFI) priorise le traitement de nos dossiers, car ils sont tout aussi indispensables au développement économique québécois que les cinq industries présentement priorisées par le Québec. Nous comprenons que l’immigration au Québec est une compétence partagée, mais c’est au gouvernement de la belle province que revient la sélection des travailleurs étrangers.

Voir plus loin que la cible d’immigration annuelle globale

Les hôteliers des deux grandes destinations touristiques du Québec sollicitent donc tous les grands partis politiques de la présente campagne électorale à prendre acte de cette situation et à bien en saisir l’enjeu. M. Clarke, de préciser :

« Il ne s’agit pas ici de redéfinir la cible d’immigration annuelle globale que l’on fixe pour l’ensemble de la province, mais plutôt de réviser la somme – la pointe de tarte – des demandes qui sont à analyser et à traiter pour desservir notre industrie. Rappelons que seulement pour Montréal, c'est à ce jour environ 15 % de la force de travail qui brille par son absence. »

Nos hôteliers demandent que l’énergie gouvernementale ainsi que les effectifs qui y sont associés soient mis à notre disposition, au sein du MIFI, afin d’augmenter considérablement le volume des dossiers de travailleurs étrangers acceptés au compte du secteur de l’hôtellerie. 

Me Boudreault persiste et signe :

« Il est primordial pour l’AHRQ et l’AHGM que le prochain gouvernement du Québec donne une directive claire à ses fonctionnaires afin de prioriser les demandes de travailleurs étrangers émises par le secteur de l’hôtellerie et des établissements d’hébergement. »     

Secteur de l’hôtellerie de Québec et de Montréal en chiffres

Région touristique de Québec 

  • 3e générateur d’emplois, avec plus de 6 500 emplois directs.1 

Plus précisément, en 20192, on parlait de :

  • 450 M$ de retombées économiques,
  • 12 millions de nuitées,
  • 4,6 millions de touristes.

Montréal

  • En 2019, Montréal a accueilli 11,1 millions de touristes3,
  • En 2020, le secteur des services d'hébergement et de restauration comptait 75 616 emplois dans l'agglomération de Montréal4,
  • En 2022, les 110 hôtels membres de l’AHGM estiment que leurs revenus en nuitées seulement atteindront près de 1 milliard de dollars.  

À propos de l’AHRQ

L’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) regroupe plus de 200 d’établissements d’hébergement situés sur le territoire de la région de Québec et de la Rive-Sud. Les membres de l’Association hôtelière de Québec offrent plus de 15 000 chambres et emploient 6 000 personnes dans leurs différents établissements. L’AHRQ a été fondée en 1965 et représente plus de 95 % des établissements d’hébergement de Québec.


À propos de l’AHGM

Fondée en 1949, l’AHGM regroupe plus de 110 établissements, totalisant près de 20 000 chambres, principalement dans la région métropolitaine. Elle joue un rôle essentiel de catalyseur et de représentation des intérêts de ses membres, qui sont indispensables à la croissance et au développement de l’activité touristique et économique. Elle mobilise, informe et appuie ses membres en faisant la promotion des pratiques répondant aux critères d’excellence parmi les plus élevés au monde.

_______________________

  1. Association hôtelière de la région de Québec 
  2. Québec cité, Bilan de l’année 2019 – Janvier à décembre : https://www.quebeccite.com/sites/otq/files/media/document/Bilan%20annuel%202019_0.pdf 
  3. Tourisme Montréal, Rapport annuel 2019, https://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/LE_GREFFE_FR/MEDIA/DOCUMENTS/RAPPORT_TOURISMEMTL_2019.PDF 
  4. Ville de Montréal, Profils sectoriels – Ensemble des secteurs, Édition janvier 2022, https://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/MTL_STATS_FR/MEDIA/DOCUMENTS/ENSEMBLE%20DES%20SECTEURS_202 2.PDF 

Twitter

Nominations

NOMINATIONS SEMAINE DU 19 SEPTEMBRE 2022

  • MNBAQ - Guillaume Savard

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations