Un rendez-vous touristique sous le signe de l’optimisme

Dossiers Spéciaux · · Commenter

Louis RomeLors du tournoi de golf de l’industrie touristique, jeudi passé, à Montréal, l’heure était à un optimisme tempéré par l’incertitude accumulée depuis des mois à propos des changements que la ministre du Tourisme Dominique Vien veut apporter au modèle d’affaires du tourisme québécois.

Le pouls de l’industrie
Comme à chaque année, TourismExpress a profité de la tenue du tournoi de golf pour tâter le pouls de l’industrie touristique. Sans aucune prétention scientifique, les résultats de ce mini sondage sont quand même révélateurs. De plus, le taux de réponse fût élevé, l’explication en est peut-être fort simple. L’équipe de TourismExpress, avec la collaboration d’Ipsos offrait de la bière aux joueurs, alors que le soleil plombait. Une p’tite bière…un p’tit sondage svp! On ne réinvente pas le monde.

Question 1
Sur une échelle de 1 à 10, l’industrie touristique est-elle en bonne posture présentement?

La très grande majorité répondait à cette question en fonction de leur réalité sur le terrain et avait de la difficulté à se projeter au niveau du Québec. De plus, les résultats aux questions sont influencés par la provenance des golfeurs, dont un grand nombre provenait de la grande région de Montréal. Le score pour cette question est relativement élevé, avec une moyenne de 75 %. Celui-ci aurait pu être plus élevé, selon certains, si ce n’était du climat d’incertitude qui règne depuis quelques mois au sein de l’industrie. Donc vivement les Assises.

Question 2
Quel est le plus gros problème de l’industrie touristique actuellement?

Les réponses à cette question étaient beaucoup plus spontanées, un peu comme un cri du cœur et elles allaient dans toutes les directions. La qualité de l’offre et son manque de compétitivité sur les marchés hors Québec s’est toutefois avérée être la préoccupation la plus importante des participants au sondage. Parce qu’une part significative des joueurs provenait de la grande région métropolitaine, où le festival des cônes oranges est perpétuel, de nombreux joueurs ont mentionné l’impact négatif, du moins à court terme, de tous ces chantiers de construction et de la qualité déficiente des infrastructures sur l’image projetée de Montréal et du Québec sur la scène internationale.

La cohésion au sein de l’industrie et l’accès au financement se sont classés au 2e et 3e rang des préoccupations. Tandis que, oh surprise! Le marketing fermait la marche. Est-ce dire que les acteurs touristiques sont moins insatisfaits du marketing de la destination que de la qualité de l’offre? Un raccourci que je crois prudent de ne pas emprunter, car une bonne saison ne peut pas repousser du revers de la main des années d’insatisfaction.

Question 3
Quelle est votre principale attente – la plus importante – à l’égard des assises d’octobre?

Deuxième surprise de la journée, nous avons dû expliquer, ou du moins rappeler, à plusieurs golfeurs en quoi consistaient les Assises. La principale conclusion à tirer de cette question est la soif de changements des répondants dans nos manières de faire au sein de l’industrie. Il y a donc toujours de l’espoir, et ce même après deux décennies de déception et de rendez-vous manqués. Plusieurs acteurs de l’industrie ont aussi mentionné l’importance d’avoir un plan de match avec des objectifs clairs et mesurables, afin d’aller de l’avant. Il ne nous reste plus qu’à espérer que les Assises de cet automne ne seront pas un rendez-vous manqué.


Collaboration spéciale, Louis Rome

Twitter

Nominations

Destination Canada

Après un processus de nomination ouvert, transparent et fondé sur le mérite, M. Dave Laveau devient le premier Autochtone à être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Suite à ce processus qui tient aussi compte de l’égalité entre les sexes et de la diversité du Canada, l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, annonçait par voie de communiqué les huit nominations à ce prestigieux conseil. Cette nomination de M. Laveau vient sans contredit donner une voix supplémentaire au leadership de l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC), de Tourisme Autochtone Québec (TAQ) et de notre industrie.

M. Laveau est présentement vice-président de l’ATAC et directeur général de Tourisme Autochtone Québec (TAQ), association chargée de défendre les intérêts des entreprises touristiques autochtones du Québec en leur offrant des produits et des services favorisant leur développement, les meilleures pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. TAQ est la plus ancienne association touristique autochtone au Canada comptant plus de 25 ans d’actions. Elle représente plus de 180 membres actifs, associés et délégués impliqués dans le développement fondamental du tourisme autochtone au Québec.

« C’est un réel honneur pour moi, à titre d’Autochtone, mais aussi de leader de l’industrie touristique du Québec, d’être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Il s’agit également d’une responsabilité et d’un privilège de prendre part à ce grand cercle décisionnel qui assure la vitalité de l’industrie. » a déclaré M. Laveau. Récemment au Québec, le ministère du Tourisme réaffirmait le positionnement stratégique du tourisme autochtone dans la mise en œuvre de ses stratégies sectorielles. Cette nomination s’ajoute donc aux signaux forts lancés par les deux paliers de gouvernement pour notre industrie.  

« La nomination de M. Dave Laveau au conseil d’administration de Destination Canada témoigne d’une plus grande reconnaissance du rôle de l’industrie touristique autochtone et j’en suis très heureux », a déclaré M. Keith Henry, président-directeur général de l’ATAC. « Son engagement continu envers le développement du tourisme autochtone va au-delà de la province de Québec. M. Laveau est passionné par la croissance du secteur partout au Canada. Il s’agit d’un engagement renforcé envers le tourisme autochtone, suite à la récente annonce dans le budget fédéral 2017 d’un financement de 8,6 millions de dollars. »

L’industrie touristique autochtone au Canada emploie plus de 33 000 personnes et génère 1,4 milliard de dollars du PIB annuel canadien. Le plan quinquennal de l’ATAC, La voie de l’avenir, vise à augmenter la contribution du tourisme autochtone au PIB annuel canadien de 300 millions de dollars, à atteindre un total de 40 233 travailleurs dans l’industrie touristique autochtone et à créer 50 nouvelles entreprises touristiques autochtones.      


À propos de l’ATAC

L’ATAC vise à améliorer la situation socio-économique des Autochtones en offrant des services consultatifs en matière de développement économique et grâce à des congrès sur le tourisme, des séances de formation et des ateliers sur le renforcement des capacités, de la recherche et des informations sur l’industrie à l’intention des opérateurs touristiques autochtones et des communautés des 13 régions (10 provinces et 3 territoires du Canada). L’ATAC établit des liens avec d’autres groupes et régions ayant des mandats similaires, unissant ainsi l’industrie touristique autochtone au Canada et mettant l’accent sur le soutien collectif, le développement de l’offre touristique, la promotion et le marketing des entreprises touristiques culturelles autochtones de façon respectueuse. Le conseil de l’ATAC est composé de représentants de l’industrie touristique autochtone de chaque province et territoire. Pour plus d’informations, veuillez consulter Aboriginalcanada.


À propos de TAQ

TAQ est l’association touristique sectorielle reconnue par le ministère du Tourisme comme porte-parole officiel du tourisme autochtone et par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador comme représentant d’un lieu d’échange et de services dans le domaine du développement et de la promotion de l’offre touristique autochtone. Vouée également à la commercialisation des expériences et produits touristiques autochtones, notre mission est d’offrir aux entrepreneurs autochtones du Québec impliqués dans l’industrie touristique, un organisme de représentation qui défend leurs intérêts, stimule leur développement et leur offre une gamme de produits et de services favorisant le développement des entreprises, l’amélioration des pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. Au Québec toujours, le nombre d’entreprises touristiques autochtones a plus que doublé depuis le début des années 2000. Rappelons qu’annuellement, le Québec autochtone partage sa culture avec plus d’un million de visiteurs et crée près de 3 500 emplois tout en totalisant des retombées économiques de l’ordre de 169 M$. Pour plus d’information veuillez consulter Tourisme autochtone.

Voir toutes les nominations