Tyrolienne dans le Vieux-Port : un jeune entrepreneur se lance

Attraits/Activités, Grandes Entrevues · · Commenter

Sam Cadotte, président et fondateur de Tyrolienne MTLSam Cadotte roulait sa bosse dans le domaine du transport depuis cinq ans lorsqu’il a éprouvé un profond désir de changement. « J’aimais bien mon travail, mais il devenait quelque peu redondant, et je me suis dit que j’éprouverais sans doute une plus grande satisfaction à mettre un sourire au visage des gens en leur permettant de vivre une expérience à la fois excitante et sécuritaire à Montréal », raconte celui qui est aujourd’hui devenu, à 26 ans, président et fondateur de Tyrolienne MTL, une compagnie fondée l’an dernier qui se targue d’offrir le premier circuit semi-permanent de tyrolienne dans une ville canadienne.

Cadotte semblait destiné à fonder sa propre entreprise, lui qui avait d’ores et déjà goûté à l’entrepreneuriat dès l’âge de douze ans, en mettant sur pied sa petite boîte de déneigement et d’entretien paysager. « J’avais une équipe qui travaillait pour moi pendant que j’allais à l’école », se rappelle-t-il.

L’idée d’installer dans le Vieux-Port une tyrolienne de près de 1 200 pieds de longueur suspendue à 80 pieds dans les airs lui est entre autres venue de ses propres expériences, et de son implication dans une initiative semblable lors de l’événement Montréal en Lumières qui a connu un franc succès. « J’en suis venu à constater que la popularité des tyroliennes auprès des touristes est en forte croissance, dit Cadotte. Or, ici, toutes les attractions du genre sont situées en périphérie, souvent à deux heures de route de Montréal. Les touristes qui viennent séjourner ici n’ont pas nécessairement accès à du transport pour les amener à en profiter, et il m’est donc apparu justifié d’installer une tyrolienne ici même au cœur du tourisme montréalais, là où les gens pourraient en profiter sans avoir à quitter la ville. »

Conscient que les institutions financières sont généralement hésitantes à financer des initiatives du genre destinées au secteur touristique, le jeune président a décidé d’injecter ses propres deniers dans son projet. « Ma décision s’appuie en partie sur des études de marché et sur ce que j’ai observé dans ce secteur à Montréal en Lumières et ailleurs, mais aussi sur un gut feeling que ça pourrait marcher », avoue celui qui reconnaît avoir pu aussi compter sur une équipe réceptive aux nouvelles idées à la Société du Vieux-Port de Montréal. « Ces gens étaient dynamiques et ouverts à mon projet, ce qui m’a beaucoup aidé », dit-il.

Cadotte est aussi conscient du fait qu’on parle ici d’un territoire, le Vieux-Port, particulièrement protégé par le gouvernement fédéral, et qu’il doit donc se plier à de nombreuses exigences. Toutefois, il assure que la sécurité des utilisateurs est au sommet de ses priorités, et qu’il n’a de ce fait aucunement lésiné sur la qualité de ses équipements. « D’ailleurs, le projet est approuvé et supervisé par deux firmes d’ingénierie », s’empresse-t-il de souligner.

Pour promouvoir son attrait touristique, Cadotte entend notamment miser sur les relations publiques et sur les médias sociaux. « Entre autres, on prévoit faire comme à La Ronde et prendre une photo des gens lorsqu’ils parcourent la tyrolienne, dit-il. Sauf que plutôt que de vendre la photo, nous allons la donner, mais uniquement en l’envoyant aux clients via un média social. Ainsi, par exemple, la photo pourra être partagée avec des amis Facebook ou se retrouver comme photo de profil. »

Cette première tyrolienne d’envergure à Montréal sera en fonction à compter du 15 mai, et ce, jusqu’au 31 octobre. D’une durée de 45 secondes, l’expérience offrira des sensations fortes au public tous les jours de la semaine de 10 h à 22 h (et jusqu’à 23 h 30 les soirs de feux d’artifice). Le départ se fait au Hangar 16 dans le Vieux-Port de Montréal, et la tyrolienne survolera l’île Bonsecours. Le coût est de 19,50 $ par personne, taxes en sus.

Rock Pinard, journaliste

Twitter

Nominations

Destination Canada

Après un processus de nomination ouvert, transparent et fondé sur le mérite, M. Dave Laveau devient le premier Autochtone à être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Suite à ce processus qui tient aussi compte de l’égalité entre les sexes et de la diversité du Canada, l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, annonçait par voie de communiqué les huit nominations à ce prestigieux conseil. Cette nomination de M. Laveau vient sans contredit donner une voix supplémentaire au leadership de l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC), de Tourisme Autochtone Québec (TAQ) et de notre industrie.

M. Laveau est présentement vice-président de l’ATAC et directeur général de Tourisme Autochtone Québec (TAQ), association chargée de défendre les intérêts des entreprises touristiques autochtones du Québec en leur offrant des produits et des services favorisant leur développement, les meilleures pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. TAQ est la plus ancienne association touristique autochtone au Canada comptant plus de 25 ans d’actions. Elle représente plus de 180 membres actifs, associés et délégués impliqués dans le développement fondamental du tourisme autochtone au Québec.

« C’est un réel honneur pour moi, à titre d’Autochtone, mais aussi de leader de l’industrie touristique du Québec, d’être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Il s’agit également d’une responsabilité et d’un privilège de prendre part à ce grand cercle décisionnel qui assure la vitalité de l’industrie. » a déclaré M. Laveau. Récemment au Québec, le ministère du Tourisme réaffirmait le positionnement stratégique du tourisme autochtone dans la mise en œuvre de ses stratégies sectorielles. Cette nomination s’ajoute donc aux signaux forts lancés par les deux paliers de gouvernement pour notre industrie.  

« La nomination de M. Dave Laveau au conseil d’administration de Destination Canada témoigne d’une plus grande reconnaissance du rôle de l’industrie touristique autochtone et j’en suis très heureux », a déclaré M. Keith Henry, président-directeur général de l’ATAC. « Son engagement continu envers le développement du tourisme autochtone va au-delà de la province de Québec. M. Laveau est passionné par la croissance du secteur partout au Canada. Il s’agit d’un engagement renforcé envers le tourisme autochtone, suite à la récente annonce dans le budget fédéral 2017 d’un financement de 8,6 millions de dollars. »

L’industrie touristique autochtone au Canada emploie plus de 33 000 personnes et génère 1,4 milliard de dollars du PIB annuel canadien. Le plan quinquennal de l’ATAC, La voie de l’avenir, vise à augmenter la contribution du tourisme autochtone au PIB annuel canadien de 300 millions de dollars, à atteindre un total de 40 233 travailleurs dans l’industrie touristique autochtone et à créer 50 nouvelles entreprises touristiques autochtones.      


À propos de l’ATAC

L’ATAC vise à améliorer la situation socio-économique des Autochtones en offrant des services consultatifs en matière de développement économique et grâce à des congrès sur le tourisme, des séances de formation et des ateliers sur le renforcement des capacités, de la recherche et des informations sur l’industrie à l’intention des opérateurs touristiques autochtones et des communautés des 13 régions (10 provinces et 3 territoires du Canada). L’ATAC établit des liens avec d’autres groupes et régions ayant des mandats similaires, unissant ainsi l’industrie touristique autochtone au Canada et mettant l’accent sur le soutien collectif, le développement de l’offre touristique, la promotion et le marketing des entreprises touristiques culturelles autochtones de façon respectueuse. Le conseil de l’ATAC est composé de représentants de l’industrie touristique autochtone de chaque province et territoire. Pour plus d’informations, veuillez consulter Aboriginalcanada.


À propos de TAQ

TAQ est l’association touristique sectorielle reconnue par le ministère du Tourisme comme porte-parole officiel du tourisme autochtone et par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador comme représentant d’un lieu d’échange et de services dans le domaine du développement et de la promotion de l’offre touristique autochtone. Vouée également à la commercialisation des expériences et produits touristiques autochtones, notre mission est d’offrir aux entrepreneurs autochtones du Québec impliqués dans l’industrie touristique, un organisme de représentation qui défend leurs intérêts, stimule leur développement et leur offre une gamme de produits et de services favorisant le développement des entreprises, l’amélioration des pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. Au Québec toujours, le nombre d’entreprises touristiques autochtones a plus que doublé depuis le début des années 2000. Rappelons qu’annuellement, le Québec autochtone partage sa culture avec plus d’un million de visiteurs et crée près de 3 500 emplois tout en totalisant des retombées économiques de l’ordre de 169 M$. Pour plus d’information veuillez consulter Tourisme autochtone.

Voir toutes les nominations