Regard sur l’emploi

Économie, Ressources humaines · · Commenter

L’emploi en tourisme a repris de sa vigueur cet été s’approchant de la barre des 400 000 et gagnant près de 57 000 emplois depuis le mois de juin[1]. Le déconfinement des entreprises touristiques et l’enthousiasme avec lequel les clientèles domestiques ont investi les entreprises touristiques cet été sont sans doute à la source de cette augmentation.  Il est à noter cependant que l’emploi en tourisme a diminué de quelque mille emplois de juillet à août

Comme l’emploi en tourisme est traditionnellement à son plus haut niveau en juillet et août, il est utile de comparer son évolution sur un an. La comparaison des données des mois d’août 2019 et 2020 montre que le tourisme compte aujourd’hui 91 000 emplois de moins que l’an dernier, une diminution de 19%.

TAUX DE CHÔMAGE EN TOURISME

Le taux de chômage en tourisme a continué de diminuer passant de 25,2% en juin, à 17,4% en juillet pour atteindre 16,4% en août, un taux qui reste encore extraordinairement élevé.

La comparaison avec la moyenne provinciale montre à quel point les emplois en tourisme continuent d’être fortement affectés par les impacts de la COVID-19. Le taux de chômage en août pour le tourisme est de 16,4% alors qu’il est de 9,1% pour l’ensemble du Québec, un écart de 7,3 pts de pourcentage.

Malheureusement, comme le nombre de personnes employées en tourisme a quelque peu diminué de juillet à août (- 1000), la baisse du taux de chômage de juillet à août ne peut être indicative d’une augmentation des emplois. Elle montre plutôt que moins de personnes cherchaient activement un emploi.

Source:  adapté de http://tourismhr.ca/tourism-counts-one-quarter-of-august-job-growth-in-tourism-sector/

Compte tenu des importantes fluctuations mensuelles de l’emploi en tourisme, le CQRHT utilise les données non désaisonnalisées. Pour cette raison, les informations peuvent varier de celles présentées par d’autres sources qui pourraient être basées sur les données désaisonnalisées. Il est à noter que les données de l’EPA peuvent sous-estimer grandement l’état réel de la situation. Dans l’Enquête sur la population active, un chômeur est défini comme une personne qui, au cours de la période de référence : 1) avait été mise à pied temporairement, mais s’attendait à être appelée au travail et était disponible pour travailler; 2) était sans emploi, avait activement cherché un emploi au cours des quatre dernières semaines et était disponible pour travailler; ou 3) devait commencer un nouvel emploi dans les quatre semaines suivant la période de référence et était disponible pour travailler. On peut comprendre que dans le contexte de la COVID-19 et du confinement, un grand nombre de travailleurs n’étaient pas en recherche active d’emploi. De plus, l’adoption de mesures de soutien par le gouvernement fédéral (Prestation canadienne d’urgence, Subvention salariale d’urgence) peut avoir eu une incidence sur les résultats.


[1] L’Enquête sur la population active (EPA) est réalisée tous les mois par Statistique Canada. La période de référence pour le mois de juillet s’étend du 12 au 18 juillet et du 9 au 15 août pour le mois d’août.  Durant ces périodes, la plupart des secteurs du tourisme étaient déconfinés. Les frontières étaient toutefois toujours fermées. Même si la limite permise pour les rassemblements intérieurs et extérieurs est passée de 50 à 250 personnes le 3 août, il est peu probable que l’impact sur les emplois ait pu se faire sentir en août.

Twitter

Nominations

NOMINATIONS DES 7 DERNIERS JOURS + SEMAINE DU 28 SEPTEMBRE 2020

  • Coopérative TREQ - Jean-Martin Aussant
  • Minéro - Musée de Thetford - KB3 - André Prus
  • Conseil d'administration de l'ITHQ - Colombe Bourque, Stéphanie Lepage, Jacques Nantel, Jasmin Tanguay et Pasquale Vari

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations