Quel modèle pour l'hôtellerie de demain, des hôteliers sans hôtel?

Hébergement, International · · Commenter

Airbnb, échange d’appartements, hébergement chez l’habitant, chambres d’hôtes... Les modes de séjour sont déjà bien diversifiés pour les vacanciers en quête d’expériences variées. Ces nouvelles expériences, en plus d’attirer des audiences de plus en plus larges, mettent le modèle des industries hôtelières classiques en difficulté.

Le métier d’un Airbnb se limite à mettre en contact les 2 parties prenantes de la transaction et leur métier s’arrête là. 

La recherche de la rentabilité se fait au détriment de la qualité de service et de l’expérience des locataires. Les niveaux de propreté, d’accueil et de service ne sont absolument pas qualifiés; Ils participent donc grandement à la désertion de ce genre de service et de la part des fournisseurs de stocks (propriétaires) ainsi que des clients (locataires). 

L’hospitalité ne s’improvise pas et consiste en un métier à part entière, ce métier pouvait sembler à première vue peu "scalable" et voué à de très faibles taux de rentabilité. 

Mais c’était sans compter l’apport de la technologie et la rationalisation des processus.

UN NOUVEAU MÉTIER EST EN TRAIN DE NAÎTRE : LE FRANCHISÉ DE MAISONS HÔTELIÈRES

Nous vivons une période riche où l’innovation permet la centralisation et l’automatisation des opérations à faible valeur ajoutée, et la re-distribution des besoins à forte valeurs ajoutée auprès d’intervenants humains qui peuvent se concentrer sur l’excellence de leur gestion opérationnelle. 

L’être humain ne serait donc pas éliminé de l’équation puisqu’il demeure un acteur important dans le secteur de l’hospitalité

En somme, l’objectif est d’arriver à intégrer toutes ces innovations technologiques éparses dans une solution produit : l’hôtellerie, le tourisme et le service fourni par un partenaire : Le franchisé de Maisons Hôtelières.

LES PREMIERS PAS VERS L’HÔTEL DU FUTUR

Le modèle de demain est celui de l’« On Demand », on ne dépense que ce que l’on consomme et lorsque l’on consomme, on le veut maintenant. 

Le consommateur n’est plus passif face à l’offre, mais perd le lien affectif qu’il avait auprès de ses fournisseurs et attachera plus d’importance à 3 éléments

- La disponibilité du besoin exprimé; 
- La qualité du service recherché; 
- Le prix 

Le dernier paramètre est le curseur qui impacte directement les 2 premiers, et pour cause, dans l’hôtel d’hier, la qualité est fortement liée à l’humain et donc à son coût élevé.

Lire l'article complet.

Source: i-tourisme

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 20 mai 2019

  • Tourisme Baie-James - Isabelle Milord
  • Groupe Voyages Québec - Angelina Miconiatis
  • Alliance de l’industrie touristique du Québec - Jean-Philippe Bastien, Catherine Blanchette, Manon Blanchet, Anne-Hélène Couturier
  • Raymond Chabot Grant Thorton - Véronique Boucher

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations