Qualité de l’emploi : il faut d’abord agir chez soi

Chronique ressources humaines · · Commenter

Après avoir abordé les grands déterminants macroéconomiques et mésoéconomiques de la qualité de l’emploi, nous terminons notre série de chroniques à ce sujet avec un regard de nature plus microéconomique.

En effet, une fois considérés les grands paramètres du marché du travail national, ainsi que les contraintes et les réalités sectorielles plus spécifiques, c’est au niveau de l’entreprise que se jouent les derniers éléments qui rendront un emploi plus ou moins intéressant, valorisant, enrichissant et stimulant.

Ces facteurs microéconomiques déterminent plus particulièrement ce que Luc Cloutier-Villeneuve, analyste à l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), appelle la qualité du travail. Les éléments de succès recensés par l’ISQ à cet égard résultent essentiellement du développement de saines pratiques de gestion des ressources humaines.

Ainsi, parmi les principaux points à valoriser pour améliorer la qualité du travail, l’ISQ mentionne notamment :

  • le contenu du travail,
  • le climat de travail,
  • l’autonomie professionnelle,
  • la reconnaissance professionnelle,
  • le soutien et la collaboration entre collègues,
  • la participation aux décisions,
  • les possibilités de formation et de développement des compétences
  • et les perspectives de développement de carrière.


On constate qu’il y a certes là plusieurs champs d’actions et de nombreuses initiatives pouvant être réalisées, sans nécessairement exiger de lourds déboursés et n’ayant pour limite que la volonté et l’imagination de chaque entrepreneur. Peu importe la taille ou la situation particulière de chacun, ces initiatives sont accessibles à toutes les entreprises voulant s’améliorer et se démarquer en offrant la meilleure qualité du travail possible.

Ceux et celles qui veulent explorer plus à fond certaines de ces pistes d’actions ou s’inspirer de suggestions plus précises peuvent consulter les divers outils disponibles sur le site Internet du CQRHT : capsules RH, coffre à outils en gestion des ressources humaines, vidéos, publications, références, ateliers de perfectionnement, etc.

En outre, si nécessaire, sachez qu’une aide financière d’Emploi-Québec peut même être disponible pour la mise en œuvre de certains projets.

UN ENJEU STRATÉGIQUE

L’amélioration de la qualité de l’emploi constituera un enjeu stratégique fondamental pour le développement des entreprises touristiques au Québec. Au fil des quatre chroniques consacrées à ce sujet, nous avons constaté comment les travaux de l’ISQ apportent une base de réflexion fort intéressante pour poursuivre cette discussion de façon continue au sein de notre industrie touristique.

Il est vrai que le secteur touristique doit travailler à redorer son image et que la rémunération y est souvent plutôt modeste. Mais le secteur possède également des atouts importants, notamment au niveau du contenu et de l’environnement de travail, susceptibles de séduire plusieurs types de travailleurs.

Hôtellerie, restauration, voyage, plein air, grands événements… autant d’univers stimulants qui proposent des milieux de travail attirants pour des passionnés de divers horizons. On y offre également des horaires et des statuts variés (temps plein, temps partiel, travail saisonnier) pouvant correspondre aux aspirations de différents groupes de personnes.

À nous donc de tirer profit de ces atouts, en assurant de plus l’encadrement, l’autonomie et la reconnaissance suffisante à nos travailleurs et travailleuses pour leur permettre de réaliser leur plein potentiel au sein de nos entreprises. Car voilà ultimement en quoi consiste aussi un emploi de qualité.

Rédigé par le CQRHT, collaboration spéciale 

Twitter

Nominations

Hôtel et Centre de Villégiature du Lac Carling

M. Marc Dériger, directeur général est heureux d’annoncer les nominations suivantes:

Guy Déom au poste de directeur des ventes. M. Déom est en poste depuis le mois d’avril dernier. Il possède une solide expérience en vente et commercialisation de forfaits hôteliers en plus d’une expertise en tourisme d’affaires et gestion d’événements. Il a auparavant été chargé de comptes chez Misa Tours International, gestionnaire de Voyages AML et délégué commercial pour Croisières AML. Son expérience sur le marché corporatif et les réseaux de distribution sont un atout pour l’hôtel.

Justin Charrette, nouveau chef exécutif à l’Hôtel du Lac Carling, en poste depuis le 1er août. Justin Charrette, originaire de l’Outaouais, a complété ses études à l’école hôtelière Relais de la Lièvre et Seigneurie puis a travaillé au Fairmont Château Montebello de 2014 à 2017, avec un passage en France à l’été 2016 afin d’approfondir ses connaissances et élargir ses horizons. Justin est un vrai passionné de cuisine et est prêt à relever le nouveau défi que lui offre l’Hôtel du Lac Carling tel que créer de nouveaux menus avec principalement des produits du terroir et offrir une grande variété de plats savoureux et santé.»

Voir toutes les nominations