Qu’est-ce qu’on attend pour taxer Airbnb, Netflix et Facebook?

· · Commenter

Il y a quelques jours, le Journal de TVA Nouvelles titrait de manière sensationnelle Une hôtelière qui en marre d’Airbnb. Pourtant, quand on écoute l’entrevue, on voit bien que Christiane Germain, l’hôtelière en question et co-présidente du Groupe Germain Hôtels, en a plutôt contre la non-application du prélèvement de taxes – plus précisément la taxe provinciale (TVQ) et la taxe fédérale (TPS).

Ces taxes devraient s’appliquer mais nos gouvernements préfèrent ignorer la situation, pelletant vers l’avant une situation qui reviendra tôt ou tard. Pourtant, quand on a voulu appliquer la taxe d’hébergement (3,5%) sur Airbnb, comme cela est de rigueur pour tous les établissements d’hébergement dans la province, une solution a été trouvée et on applique cette taxe depuis 2017. Même constat lorsqu’il y a eu levier de boucliers au moment de l’arrivée de l’application Uber, les taxes n’étaient pas prélevées non plus. Aujourd’hui, elles le sont.

C’est le même scénario qui se rejoue quand on pense à la saga de la fameuse « taxe Netflix » , dont il a abondamment été question au Canada au cours des trois dernières années. Pourtant, il ne s’est jamais agit d’une nouvelle taxe, mais bien d’appliquer tout simplement les taxes provinciale et fédérale sur la transaction d’abonnement mensuel. Comme cela se fait d’ailleurs dans plusieurs pays et états américains.

Enfin, il reste le cas de figure qui continue de résister et de passer sous le radar, soit l’absence de taxes sur les achats publicitaires numériques. En effet, Facebook ou Google, qui s’accaparent près de 70% de la dépense publicitaire en ligne à l’échelle mondiale, n’appliquent pas de taxes provinciales ou fédérale lorsque vous effectuez une campagne publicitaire. Même si votre campagne cible les Québécois, vivant au Québec, et que l’achat publicitaire a été effectué par une entreprise basée au Québec!

UNE SITUATION QUI DOIT CHANGER

Bon, tout n’est pas négatif dans ce portrait. On sait que le précédent gouvernement provincial libéral avait pris la décision d’imposer la TVQ auprès de Netflix, Google, Spotify et Apple et ce, dès le 1er janvier 2019. Voyez d’ailleurs l’impact que cela aura sur la portefeuille des utilisateurs:

Quel sera l’impact au niveau des coffres du gouvernement? On estime qu’Ottawa et les provinces se privent jusqu’à maintenant de plus de 100 millions de dollars par année, uniquement en ne taxant pas Netflix comme il se doit. Imaginez le manque à gagner en allant taxer également Spotify, Apple Music ou Google Play Music.

Cliquez ici pour lire la suite

Source: Frédéric Gonzalo

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 18 mars 2019

  • Tourisme Bas-Saint-Laurent - Pierre Lévesque
  • Croisière AML - Patrice Massicotte

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations