Liza Frulla: «l'ITHQ, le point d'orgue de ma carrière»

Formation · · Commenter

Aux commandes de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) depuis juillet 2015, Liza Frulla s’est immédiatement lancée dans plusieurs chantiers pharaoniques. Objectifs : améliorer et moderniser l’image de cette école bientôt cinquantenaire et tenter d’éviter la lourde pénurie qui menace l’industrie du tourisme et celle des HRI.

HRImag : Liza Frulla, vous êtes devenue directrice générale de l’ITHQ au coeur de l’été 2015. Vingt mois plus tard, êtes-vous satisfaite de ce choix ?

Totalement. Je suis entrée à l’ITHQ comme si j’entrais dans une profession que j’avais toujours exercée. J’avais siégé durant quatre ans au conseil d’administration, j’avais été membre de divers comités, je m’impliquais fortement… Lorsque Lucille Daoust a annoncé son départ de la direction générale et m’a demandé de reprendre les rênes, j’ai bien réfléchi. Et j’ai accepté.

Et vous ne le regrettez pas ?

Pas une seconde !

En quoi cette fonction est-elle intéressante, enrichissante ?

J’avais, jadis, étudié en pédagogie. L’idée de retrouver le milieu éducatif n’était donc pas pour me déplaire. L’industrie du tourisme et de l’hôtellerie, c’est aussi un domaine qui m’est cher. C’est un peu mon milieu naturel : j’ai été élevée dans un univers de bouffe et de gastronomie à l’européenne, mon grand-père italien étant boucher.

Vous avez, dès votre prise de fonction, insisté sur l’importance des échanges internationaux. Vous avez ainsi annoncé des ententes avec l’École hôtelière de La Haye, aux Pays-Bas, et la signature d’un protocole d’entente avec les écoles de formation cubaines et les responsables du tourisme de l’île. Pourquoi ?

Il faut encourager les jeunes – et les moins jeunes aussi d’ailleurs – à être le plus mobiles possible. Pour s’améliorer, pour s’enrichir, pour s’ouvrir à d’autres horizons et d’autres cultures, il est important de parfois aller voir ce qui se fait ailleurs. C’est valable pour nos élèves, ça l’est tout autant pour nos professeurs : le chef Gilles Herzog revient des Bocuse d’Or à Lyon, un autre de nos enseignants est actuellement en Chine avec deux diplômés, …

Mais en quoi ces échanges internationaux sont-ils bénéfiques à l’ITHQ en tant qu’institution ?

La réputation, évidemment ! Ces collaborations sont autant de portes d’entrée dans les grandes écoles du globe. Et puis la volonté de s’améliorer constamment, dont je vous parlais à l’instant, elle s’applique aussi à nous, à l’Institut. Prenez notre accord avec l’École Hôtelière de La Haye, considérée comme un modèle en termes d’accueil, d’hospitality : on veut apprendre d’eux. Mais vous pouvez bien évidemment comprendre qu’eux aussi, en retour, espèrent s’améliorer grâce à nous. C’est pour cela que nous voulons développer des partenariats avec les meilleurs : l’Institut Bocuse, l’école Ferrandi…

Vous évoquiez l’image de l’ITHQ. Quelle est-elle, justement ?

Nous sommes membres de l’association Leading Hotel Schools of the World. C’est une référence internationale. Lorsque des professionnels débarquent ici, ils sont agréablement étonnés, impressionnés même, par deux aspects : tout d’abord, le fait que nous soyons l’un des rares instituts au monde à proposer, en un seul et unique endroit, un hôtel, deux restaurants, des salles de banquet, des laboratoires et des salles de cours ; ensuite, le fait que nous soyons une institution gouvernementale, ce qui est aussi un gage de qualité indéniable.

Vous avez pourtant fait part à plusieurs reprises de votre envie de sortir l’ITHQ de ce modèle…

(elle coupe) Ce que l’on veut, c’est apporter une modification à la Loi sur la fonction publique. Nous souhaitons pouvoir délivrer des baccalauréats.

Mais vous offrez déjà aujourd’hui un baccalauréat en tourisme avec l’ESG-UQAM, non ?

Effectivement. Et je salue d’ailleurs l’ESG, d’excellents partenaires. Nous allons évidemment conserver ce baccalauréat, je ne vois aucune raison de modifier la situation. Mais c’est au niveau de la gestion hôtelière internationale que nous souhaiterions offrir un baccalauréat. On a déjà le programme, mais le diplôme délivré est une certification ITHQ, pas un diplôme gouvernemental.

Lire l'article complet

Source: HRImag

Twitter

Nominations

Bruno Leclaire nommé chef de la direction des systèmes d'information de Transat

Transat annonce la nomination de Bruno Leclaire au poste de chef de la direction des systèmes d'information (DSI) et des solutions numériques, avec effet le 1er novembre. M. Leclaire succèdera à Michel Bellefeuille, qui occupait cette fonction depuis huit ans et qui prendra une retraite active le 31 décembre prochain.

Bruno Leclaire s'est joint à Transat en 2015 en tant que vice-président, Commerce électronique et chef, Solutions numériques. À ce titre, il est en charge de la stratégie numérique de Transat, y compris la distribution en ligne B2C, la gestion de la relation client (CRM), le marketing en ligne et la mobilité. Le cumul de ses fonctions actuelles et de ses nouvelles responsabilités à la DSI amènera M. Leclaire à piloter l'ensemble des grands projets technologiques de la Société.

Après avoir co-fondé Jobboom en 2000, Bruno Leclaire a occupé divers postes de direction, notamment chez Transcontinental et Québecor Média, ce qui lui a permis de développer une vaste expérience en technologies numériques et en commerce électronique.

M. Leclaire détient un baccalauréat en technologie de l'information à l'Université de Sherbrooke.

Voir toutes les nominations