Le réseau du tourisme d'affaires dévoile son bilan statistique 2018

Associations, Tourisme d'affaires · · Commenter

Avec un apport de près de 602 306 000$ effectué par la clientèle d'affaires, l'analyse des données 2018 vient confirmer l’importance économique du tourisme d'affaires au Québec. Ainsi, un total de 3 443 congrès et événements se sont déroulés en 2018 sur l’ensemble du territoire québécois. Ceci veut dire que chaque semaine, il se tient en moyenne 66 événements d’importance en tourisme d’affaires. Sur une base annuelle, ces activités ont totalisé 1 009 836 nuitées soit, une moyenne de 19 420 nuitées par semaine!

Rappelons que le tourisme d’affaires se définit comme le secteur d'activité économique caractérisé par les déplacements professionnels et les voyages d'affaires effectués dans le cadre d'événements d'entreprises, d'événements pour activités de formation et d'information et d'événements pour activités commerciales ou d'entreprises, se jumelant aux activités et aux services offerts par les intervenants du domaine du voyage d'agrément.[i]

M. Steeve Gagné, président et responsable du comité Statistiques de l’Association des professionnels de congrès du Québec : «Depuis 2016, nous présentons un portrait global du tourisme d’affaires sur le territoire québécois. Nos données annualisées sont ventilées en fonction de deux axes : l’ensemble du territoire québécois, incluant les trois portes d’entrée (Montréal, Québec et Gatineau) d’une part et les 26 régions d’autre part, le tout formant le réseau de l’APCQ. Ceci nous apparaît essentiel afin d’avoir une meilleure image de l’importance économique de notre secteur et des réalités d’affaires qui sont significativement différentes entre les divers pôles actifs en tourisme d’affaires. »

Sur l’ensemble du réseau régional de l’APCQ, la performance économique 2018 continue d’être vigoureuse avec 2 084 congrès et événements, 359 308 nuitées et plus de 101 millions en dépenses touristiques. La compilation permet aussi d’obtenir le portrait typique d’une activité se tenant en région : celle-ci a une durée de 3 jours, génère 172 nuitées pour une dépense moyenne de 48 470 $.

«L’apport économique du tourisme d’affaires est d’autant plus important que les impacts économiques sont distribués sur l’ensemble du territoire québécois. Il faut bien comprendre que nos données brossent le portrait de la clientèle qui a utilisé un hébergement commercial lors d’un événement qui a lui-même généré minimalement plus de 40 nuitées. Les chiffres que nous dévoilons aujourd’hui sont conservateurs, car l’impact des participants qui ne dorment pas en hôtel n’est pas pris en considération. Bref, notre performance globale sectorielle est assurément plus importante encore! », d’ajouter M. Gagné.

Chaque nuitée calculée équivaut à la location d’une chambre dans un établissement hôtelier pendant une nuit. Le terme événement comprend les compétitions sportives, les expositions, les salons, les festivals. Le terme congrès comprend également les colloques, les réunions d’affaires et les formations. Les dépenses directes d’un participant à un congrès sont évaluées à 338 $ par nuitée et à 220 $ lors d’un événement. Bien que ces barèmes s’appliquent à la majorité des destinations, nous les avons adaptés pour Montréal, Québec et Gatineau (congrès 440 $ / événement 287 $) et pour Laval (congrès 405 $ / événement 240 $) afin de mieux décrire leur réalité. Ces dépenses directes sont effectuées non seulement dans les lieux d’hébergement, mais également dans les restaurants, les attraits, les boutiques, chez les producteurs locaux et auprès des entreprises de transport et autres des régions membres.

«Bien que nous soyons conscients des limites méthodologiques de nos compilations annuelles qui rendent difficiles les corrélations historiques, en corrélant les données d’un groupe témoin de destinations, nous constatons que le marché en région semble vigoureux et en progression en 2018 tandis qu’au niveau des trois portes d’entrées, les résultats ressemblent à ceux de l’an passé», estime M. Gagné.

LE PORTRAIT RÉGIONAL

En 2018, les données statistiques ont été recueillies auprès de 29 destinations : Beauce, Bromont, Charlevoix, Drummondville, Gatineau-Outaouais, Granby, Îles de la Madeleine, Lac-Saint-Jean, Lanaudière, Laurentides, Laval, Lévis, Maskinongé (Mauricie), Matane, Memphrémagog, Montérégie, Montréal, Nicolet-Yamaska, Québec, Rimouski, Rivière-du-Loup, Saguenay, Saint-Hyacinthe, Shawinigan, Sherbrooke, Thetford, Tremblant (Laurentides), Trois-Rivières et Victoriaville.

UN SECTEUR SOUS LA LOUPE

Rappelons que l’APCQ a accueilli avec enthousiasme l’annonce de la ministre du Tourisme, Madame Caroline Proulx, le 14 mars dernier alors qu’a été dévoilé le premier volet de la Démarche stratégique en tourisme d’affaires devant mener à l’établissement d’un grand diagnostic provincial du secteur.  L’APCQ collabore aux travaux des comités mis sur pied pour piloter cette démarche et reste confiante d’améliorer les indicateurs de performance des statistiques régionales qu’elle produit depuis 1996.

«Ainsi, le tableau sectoriel présenté par l’APCQ devrait encore changer au fil des prochaines années suite au raffinement des indicateurs de performance qui seront mieux identifiés et conséquemment, mieux comptabilisés. À titre d’exemple, les événements à caractère sportif, inclus depuis toujours dans les compilations de l’APCQ, seront à l’avenir plus clairement identifiés, voire même traités à part dans nos prochaines compilations. Le secteur sportif étant très important en région, il demandera d’être analysé avec un œil distinct et créatif», estime Ginette Bardou, directrice générale de l’APCQ

EN CONCLUSION

«J’aimerais revenir sur l’importance du tourisme d’affaires pour les régions où il fait souvent la différence en permettant aux entreprises d’atteindre une bonne rentabilité en dehors de la période classique du tourisme d'agrément. Ceci permet aux entreprises de faire les nécessaires et constantes mises à niveau de leurs infrastructures et de bonifier la formation de leur personnel. En région tout comme dans les grands centres, l’obligation de la qualité est le nerf de la guerre!», de conclure M. Gagné.

L’APCQ regroupe 146 organismes et intervenants qualifiés connaissant parfaitement le marché des congrès de leurs régions respectives. Ces professionnels en tourisme d'affaires sont les premiers conseillers auprès desquels le planificateur trouve gratuitement du soutien pour trouver le site de son prochain événement d’affaires. Utiliser la force du réseau de l'APCQ, c'est faire le tour du Québec et maximiser la réussite de tout événement ! Consultez le site de l'APCQ pour plus de détails.


[i] Association des professionnels de congrès du Québec, Vocabulaire du tourisme d'affaires