Le marketing de contenu est-il mort?

Études · · Commenter

J’aime beaucoup lire le blogue {Grow} de Mark W. Schaefer, consultant, auteur et conférencier américain qui parle essentiellement de marketing sous toutes ses déclinaisons, mais surtout en lien avec l’univers numérique. Cette semaine, il posait la question: Does corporate storytelling work? Some mega-brands say no. Traduction libre: Est-ce que le storytelling corporatif fonctionne? Selon certaines grandes marques, non. Ouch!

DÉFINIR LE STORYTELLING CORPORATIF

Avant toute chose, précisons de quoi il s’agit quand on parle de storytelling corporatif ou storytelling de marque. Il s’agit essentiellement d’investir dans une approche de contenu – textes, photos, vidéos – déployés sur diverses plateformes: site web, blogue, infolettre, médias sociaux, etc. En complément de l’approche promotionnelle, dans laquelle on met l’emphase sur une offre, un rabais ou une exclusivité, le marketing de contenu vise plutôt à humaniser une marque, une entreprise, un produit ou un service. On parlera ainsi des artisans derrière le succès d’une marque, du making-of ou encore des témoignages de clients.

Depuis les cinq ou six dernières années, on a ainsi vu une panoplie d’entreprises prendre le virage du marketing de contenu. Avec l’avènement des médias sociaux et des plateformes de contenu en libre service, on pouvait même prétendre que « toute entreprise est dorénavant un média, un éditeur de contenu ». Mais la question qui tue: est-ce que toute entreprise devrait se transformer en média de contenu? Plus souvent qu’autrement, non!

L’EXEMPLE COCA COLA

Mark Schaefer nous donne ainsi l’exemple de Coca Cola, compagnie à laquelle j’ai également souvent fait référence sur ce blogue et lors de mes conférences et formations. En 2011, Coca Cola annonçait un virage majeur pour son marketing, délaissant le placement média traditionnel sur les plateformes classiques (affichage, télévision, radio, imprimés, bannières web) pour miser à fond sur la création de contenu. Des contenus diffusés sur les plateformes propriétaires de Coke, soit son site web et son blogue, puis amplifiés via les médias sociaux populaires.

Voyez par exemple cette capture d’écran ci-dessus, montrant de quoi avait l’air le site web corporatif de Coca Cola en 2011. Dans la barre de navigation principale, on y retrouve des onglets qui suggèrent des sujets d’intérêts variés: sports, affaires, bouffe, histoire, divertissement, innovation, marques, santé, communauté. Oui, oui, un onglet santé… sur le site de Coca Cola! Vous remarquerez même la mise en avant d’un article signé par Adam Kleinberg, qui questionne la stratégie de Coca Cola. Parlez moi de transparence et d’un véritable souci de créer la conversation, incluant les opinions divergentes.

Ça, c’était il y a six ans. À quoi ressemble ce site aujourd’hui, en 2017?

Cliquez ici pour lire la suite

Source: Frédéric Gonzalo

Twitter

Nominations

Bruno Leclaire nommé chef de la direction des systèmes d'information de Transat

Transat annonce la nomination de Bruno Leclaire au poste de chef de la direction des systèmes d'information (DSI) et des solutions numériques, avec effet le 1er novembre. M. Leclaire succèdera à Michel Bellefeuille, qui occupait cette fonction depuis huit ans et qui prendra une retraite active le 31 décembre prochain.

Bruno Leclaire s'est joint à Transat en 2015 en tant que vice-président, Commerce électronique et chef, Solutions numériques. À ce titre, il est en charge de la stratégie numérique de Transat, y compris la distribution en ligne B2C, la gestion de la relation client (CRM), le marketing en ligne et la mobilité. Le cumul de ses fonctions actuelles et de ses nouvelles responsabilités à la DSI amènera M. Leclaire à piloter l'ensemble des grands projets technologiques de la Société.

Après avoir co-fondé Jobboom en 2000, Bruno Leclaire a occupé divers postes de direction, notamment chez Transcontinental et Québecor Média, ce qui lui a permis de développer une vaste expérience en technologies numériques et en commerce électronique.

M. Leclaire détient un baccalauréat en technologie de l'information à l'Université de Sherbrooke.

Voir toutes les nominations