Le boom des congrès

Tourisme d'affaires · · Commenter

De Gatineau à Carleton-sur-Mer en passant par Thetford Mines et Mont-Tremblant, les centres de congrès poussent comme des champignons. Quand le Québec des régions part à la conquête du tourisme d’affaires.

Partout au Québec, les congrès se multiplient : plus de 3 000 en 2016, dont 2 100 hors de Montréal. Et les villes se livrent à une véritable course pour les attirer. En juin 2018, La Malbaie marquera un grand coup en recevant Donald Trump, Justin Trudeau, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May, Shinzō Abe, Paolo Gentiloni  et leur suite pour le sommet du G7.

Un marché de gros sous. Le tourisme d’affaires — les congrès, qui sont le volet le plus prestigieux, mais aussi les assemblées générales, réunions, expositions commerciales et activités de motivation — représente 8 % des touristes, mais 16 % des revenus de ce secteur, soit 2,1 G$ par an, selon l’Institut de la statistique du Québec. Quant à l’Association des professionnels de congrès du Québec (APCQ), elle estime que les congrès ont rapporté à eux seuls 270 M$ en 2016 — et on parle seulement de ceux qui comptaient plus de 40 nuitées.

« Le tourisme d’affaires, c’est payant », dit Steeve Gagné, président de l’APCQ, qui est aussi délégué commercial et marketing à Tourisme Victoriaville. « À Victoriaville, ça représente 55 % de l’hébergement annuel. C’est comme ça dans bien des régions. »

Le principal atout du tourisme d’affaires est de prolonger la saison touristique. « Les congrès ont lieu surtout à l’automne et au printemps. Ça permet de maintenir plus longtemps des emplois dans les hôtels et restaurants, de générer des retombées économiques et de favoriser l’effet vitrine », dit Steeve Gagné.

Les organisateurs cherchent des rabais, voire des primes, mais surtout une offre très personnalisée. À Rimouski, on assure désormais la présence d’interprètes, et une entente avec Air Canada permet de faciliter les vols des congressistes étrangers.

À Tourisme Laval (179 congrès en 2017), on propose une appli maison. « Elle donne accès au plan, au programme, aux biographies des conférenciers, aux présentations PowerPoint, aux infos utiles. Elle soutient le clavardage entre congressistes, et les organisateurs peuvent l’adapter à leurs besoins », dit Geneviève Roy, PDG de l’organisme.

Quant à Saint-Hyacinthe, elle vient de mettre sur pied un « cercle des ambassadeurs », constitué de 26 personnalités locales, qui ont déjà contribué à attirer cinq congrès.

Lire l'article complet

Source: L'Actualité

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 14 janvier 2019

  • Association des clubs de golf du Québec (ACGQ) - David Skitt
  • Assemblée nationale - Martin Gagné

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations