Google Maps payant: Quelles alternatives?

Techno, International · · Commenter

Oui, ça nous pendait au nez mais voilà Google Maps est devenu payant. Un bon moyen d’aller voir ailleurs pour les développeurs? Mais alors quelles sont les alternatives à Google Maps?

DE LA CARTOGRAPHIE TOUJOURS GRATUITE ?!

On s’était clairement habitué à avoir des fonds de cartes et des services de cartographies gratuits mais malheureusement, à tort. Comme le dis Christian Quest dans cet article du Journal du Net, il faut oublier le tout gratuit dans la cartographie… « Sur le long terme, on ne peut pas offrir complètement des services qui coûtent cher à produire. Il faut devenir soi-même compétent en implémentation de plans, solution la plus économique, ou faire appel à un prestataire avec lequel on signe un contrat. C’est l’occasion de rétablir un rapport de force plus équitable ».

Donc concrètement, soit on intègre de la compétence en cartographie dans les équipes d’un OGD pour construire de belles cartes et en faire de vrais atouts pour l’attractivité de la destination, soit on fait appel à un prestataire extérieur pour réaliser des cartes sur-mesure.

MAIS ATTENDS, OPENSTREETMAP, C’EST BIEN GRATUIT, NON ?!

Sur ma publication Facebook, de nombreux commentaires me disaient que l’alternative à Google Maps, c’est OSM ou Open Street Map… Or, ce n’est pas si simple. Loïc Ortola nous éclaire sur le sujet pour bien comprendre tout ça !

Eh bien non. OpenStreetMap c’est une base de données qui est maintenue par des dizaines de milliers de super contributeurs chaque minute. Voyez-le comme le Wikipédia de la carte.

Les enjeux de la Fondation OpenStreetMap sont de pouvoir donner le plus d’outils pour que leurs contributeurs puissent faire vivre ce jeu de données, afin que d’autres puissent développer et opérer des services en l’utilisant. Dans les outils, on retrouve les tuiles (ce sont les rectangles qui composent une carte plus grande – Lolo vous dit tout ici) qui sont ouverts à tous mais ces flux ne sont pas destinés à être sur-consommés car cela représente un coût important pour la Fondation (faut bien payer les serveurs…). En gros, la communauté Open Street Map n’a pas de salarié, ne garantit pas son service, n’a pas d’équipe pour surveiller les serveurs. Ce sont des passionnés bénévoles qui sont derrière tout ça.

Lire la suite

Source: e-tourisme.info

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, SEMAINE DU 18 NOVEMBRE 2019

  • Association Restauration Québec (ARQ) - Claudine Roy
  • Le Centre Sheraton Montréal - Éric Pelletier
  • Tourisme Charlevoix - Mylène Simard, Sandra Boudreault et Serge Bergeron
  • Musée de la civilisation - Stéphan La Roche

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations