Eric & The Trip: l'agence en ligne qui débusque ses clients... mais pas sur le Web...

Distribution, International · · Commenter

Le monde du voyage évolue considérablement et s'ouvre à des profils variés. Eric Baetens est la parfaite illustration de ce constat. Après avoir passé une vie dans une multinationale cotée en bourse, l'ingénieur fait ses cartons et crée son agence en ligne par passion pour cet univers. Trois ans après Eric & The Trip est sur la toile, les clients se comptent par dizaines et l'expérience est réussie. 

Pour se faire, Eric a décidé d'être pro-actif, de multiplier les canaux d'acquisition client. "Par exemple, ça peut être la réunion des anciens salariés de Danone, une conférence sur le Japon ou encore le réseau comme Dynabuy". 

Ce dernier organise des rencontres entre dirigeants de PME, un peu partout en France et bien souvent Eric se glisse dans l'une d'entre elles. A mesure que les cartes sont distribuées, les mains serrées, le réseau s'agrandit et donc les probabilités de vendre. Le bouche-à-oreille a encore un bel avenir. 

La problématique n'est alors pas d'être visible dans la rue ou sur internet, mais plutôt de savoir comment trouver 50 ou 100 clients chaque année. Une fois le contrat signé Eric s'occupe de tout comme d'un projet, les séquelles de sa vie passée. 

"Je suis présent avant, pendant et après. Ce ne sont pas que des mots, je le fais réellement. Je suis joignable tout le temps,"et cela rassure le client. Outre la disponibilité, la flexibilité et l'agilité sont des caractéristiques importantes "conclure un dossier peut prendre entre 1 semaine et un mois, les destinations peuvent évoluer au fil des discussions." 

"Mes coûts de structure sont limités, car je travaille de chez moi et mes dépenses en communication aussi, puisque je n'achète pas de mot-clés sur Google. Ce que je réalise à mon échelle permet de prouver qu'il y a de la place pour tout le monde, petit comme gros, dans le tourisme."

"IL NE FAUT PLUS ATTENDRE LE CLIENT DERRIÈRE UNE VITRINE"

Il ajoute : "je préfère que mes prospects me rémunèrent sur le temps passé sur leur dossier, plutôt que sur les mètres carrés dans lesquels je travaille." Même s'il reconnaît l'intérêt d'une agence ayant pignon sur rue pour toucher une clientèle locale, et avoir une certaine visibilité, les contraintes sont plus nombreuses que les avantages

Entre les horaires de bureaux, la difficulté pour se garer dans les grands centres urbains, "sans compter les catalogues qui sont d'une autre époque... le monde a évolué, il ne faut plus se contenter d'attendre les clients derrière une vitrine ça ne marche plus comme ça" raconte avec une certaine amertume Eric Baetens. 

Lire l'article complet

Source: TourMag.com

Twitter

Nominations

NOMINATIONS, semaine du 14 janvier 2019

  • Association des clubs de golf du Québec (ACGQ) - David Skitt
  • Assemblée nationale - Martin Gagné

Pour voir les nominations en détails

Voir toutes les nominations