Entrevue avec Liza Frulla - L'ITHQ, une institution unique au Canada

Grandes Entrevues · · Commenter

La Directrice générale de l’ITHQ, Liza Frulla, lève le drapeau rouge pour interpeller le gouvernement et l’ensemble de l’industrie touristique du Québec, pour combattre le sentiment de morosité au sein de l’industrie. « On est responsable de sa propre étoile », il faut tout mettre en œuvre pour renverser la tendance. Le ton de l’entrevue est donné.

Il n’y a pas de doute, Liza Frulla est une passionaria, elle ne se cache pas derrière des réponses évasives et alambiquées. Pourquoi avoir accepté de prendre la direction générale de l’ITHQ (3 août 2015) après avoir travaillé dans la grande entreprise (Directrice du marketing chez Labatt, etc.), avoir été ministre au niveau provincial et fédéral, en plus de travailler dans l’univers des médias (CKAC, Le club des ex., etc.) ? La réponse est plus courte que la question. « J’ai eu un coup de foudre » pour une institution qu’elle évalue comme étant unique au Canada.

L’enjeu de la relève

La directrice de l’ITHQ sonne l’alarme en rappelant les difficultés pour les entreprises de trouver une relève qualifiée et en nombre suffisant pour combler les besoins d’une industrie en perpétuelle évolution. Comment, collectivement, allons-nous atteindre l’objectif d’augmenter de 50 000 les emplois d’ici 2020?

Pour y arriver, elle souligne l’importance « de valoriser les métiers et le domaine touristique ». Il ne fait aucun doute que le mot « métier » est utilisé par Liza Frulla dans le sens le plus noble du thème. Sa recette? Assurer une formation d’une qualité sans faille autant au niveau technique, professionnel que pour les gestionnaires et dirigeants touristiques.

Une institution unique au Canada

Pour ouvrir de nouveaux horizons à l’établissement d’enseignement, Liza Frulla mise sur une révision de sa loi constitutive. L’objectif étant de sortir du « carcan de la fonction publique » afin d’avoir plus de flexibilité pour s’adapter à l’évolution des besoins de sa clientèle, dont plus de 60% possède un profil de gestionnaire. Une approche qui n’est pas sans rappeler les raisons qui ont motivé la création de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ).

Revoir une loi constitutive n’est pas une mince tâche, qu’à cela ne tienne, la directrice de l’ITHQ a mis la main à la pâte en contribuant à la rédaction du canevas d’un projet de loi qui est déjà entre les mains des instances gouvernementales. Le but recherché est d’avoir plus d’autonomie, tout en étant soumis aux exigences gouvernementales, comme les cégeps ou les universités qu’elle cite en exemple. La finalité, est de permettre à l’ITHQ de remettre, à titre propre, une nouvelle diplomation de niveau universitaire de premier cycle et même de deuxième et troisième cycle en collaboration avec d’autres universités.

Des sujets en rafale

Lors de l’entretien, plusieurs sujets de l’heure ont été abordés en rafale. À propos de la création de l’Alliance qui disposera de 30M$ pour faire la promotion du Québec, Liza Frulla souligne qu’il est essentiel que des sommes supplémentaires soient investies par les gouvernements dans la formation et l’accueil. « Sinon on va se tirer dans le pied ». On invite les gens à visiter le Québec, mais il faut aussi s’assurer qu’il y ait des gens qualifiés pour les accueillir. Sur le taux de change actuel et le 375e de Montréal, elle espère que cela va contribuer à combattre la morosité qu’elle perçoit dans l’industrie.

À propos de l’industrie des taxis et d’UBER, Liza Frulla rappelle que si un système parallèle comme UBER a pu se développer dans de nombreuses destinations dans le monde, c’est qu’il y avait un besoin à combler de la part de la clientèle. Mais étant donné que les réflexes de l’ex-politicienne ne sont jamais bien loin, elle ajoute qu’il n’en demeure pas moins que tous les joueurs doivent respecter les règles et que personne n’est au-dessus des lois (TPS/TVQ, etc.) Pour aussitôt revenir à son rôle de Directrice générale de l’ITHQ en rappelant que l’institution serait prête à offrir une panoplie de cours pour l’industrie du taxi, de même que pour le milieu des calèches selon les demandes des secteurs.

À la prochaine

L’entrevue a pris fin sur les festivités qui souligneront le 50 e anniversaire de l’ITHQ en 2018, mais pas moyen d’en savoir plus, c’est plutôt sur une invitation à revenir que l’entrevue s’est conclue. Invitation qui a été rapidement acceptée. D’ici là il ne fait aucun doute que les projets ne manqueront pas à l’ITHQ.

Collaboration spéciale : Louis Rome

Twitter

Nominations

Hôtel et Centre de Villégiature du Lac Carling

M. Marc Dériger, directeur général est heureux d’annoncer les nominations suivantes:

Guy Déom au poste de directeur des ventes. M. Déom est en poste depuis le mois d’avril dernier. Il possède une solide expérience en vente et commercialisation de forfaits hôteliers en plus d’une expertise en tourisme d’affaires et gestion d’événements. Il a auparavant été chargé de comptes chez Misa Tours International, gestionnaire de Voyages AML et délégué commercial pour Croisières AML. Son expérience sur le marché corporatif et les réseaux de distribution sont un atout pour l’hôtel.

Justin Charrette, nouveau chef exécutif à l’Hôtel du Lac Carling, en poste depuis le 1er août. Justin Charrette, originaire de l’Outaouais, a complété ses études à l’école hôtelière Relais de la Lièvre et Seigneurie puis a travaillé au Fairmont Château Montebello de 2014 à 2017, avec un passage en France à l’été 2016 afin d’approfondir ses connaissances et élargir ses horizons. Justin est un vrai passionné de cuisine et est prêt à relever le nouveau défi que lui offre l’Hôtel du Lac Carling tel que créer de nouveaux menus avec principalement des produits du terroir et offrir une grande variété de plats savoureux et santé.»

Voir toutes les nominations