De l’importance de gérer sa réputation en ligne

Techno · · Commenter

Le sujet de la réputation en ligne, ou e-réputation, augmente en popularité et en importance au fur et à mesure que les entreprises réalisent à quel point elles sont vulnérables aux commentaires laissés par des gens sur divers sites de commentaires (TripAdvisor, Yelp, Gogobot, Amazon, etc.) et médias sociaux. Pourtant, il s’agit également d’une incroyable opportunité!

Lire aussi: 5 conseils pour votre gestion de réputation en ligne

Une étude de l’Université Cornell a trouvé, en 2011, une corrélation directe entre un bon positionnement sur TripAdvisor et une élasticité sur le prix d’une chambre d’hôtel: en d’autres mots, les gens étaient prêts à payer jusqu’à 11% de plus pour un hébergement au premier rang de sa catégorie. Une autre étude montrait que pour un restaurant, un meilleur score sur Yelp pouvait avoir un impact allant jusqu’à 19% d’augmentation du trafic. Des études ont trouvé des résultats similaires dans d’autres industries, notamment le commerce de détail en ligne, ou encore pour le choix d’un film ou d’un spectacle.

"Aujourd’hui, 14% des consommateurs croient la publicité traditionnelle alors que 92% des gens disent se fier aux avis sur les sites de commentaires!"

Bref, ce que les gens disent de vous a de l’importance. Et comment vous réagissez à ces avis et commentaires en dit autant, sinon plus, sur votre approche de service-client.

HÔTELLERIE ET GESTION DE RÉPUTATION

Quand on prépare un futur voyage, on sait que 87% des consommateurs débutent leur processus par de la recherche en ligne. On risque ainsi de tomber sur des résultats dans Google, avec ses Google reviews, quand ce n’est TripAdvisor ou encore les sites d’agences de voyages en ligne (OTA) tels que Expedia et Booking. Or, selon le plus récent Global Hotel Reputation Benchmark Report 2017 produit par la firme Revinate, 78% de tous les commentaires portant sur les hôtels se trouvent sur quatre sites: Booking.com, TripAdvisor, Google et Hotels.com.

80% des avis sont des 4 et 5 étoiles. Moins de 10% des avis sont pour 1 ou 2 étoiles. Source: Revinate

80% des avis sont des 4 et 5 étoiles. Moins de 10% des avis sont pour 1 ou 2 étoiles. Source: Revinate

Contrairement à la croyance populaire, l’utilisateur moyen ne cherche pas qu’à déverser son fiel sur ces sites. Au contraire, 80% des avis sont des quatre ou cinq étoiles, alors que moins de 10% des avis sont franchement négatifs, soit une ou deux étoiles. Pourtant, chaque fois que je donne une formation sur le sujet, j’ai des participants qui doutent ou ne croient pas ces chiffres. Sachez que pour ce rapport, Revinate a analysé plus de 70 millions d’avis rédigés au sujet de 80 000 établissements dans 125 pays. Un bon échantillon, non? 

Progression des avis hôteliers par pays, 2016 vs 2015. Source: Revinate

Progression des avis hôteliers par pays, 2016 vs 2015. Source: Revinate

Il est également intéressant de constater l’évolution et la performance par pays, surtout quand on voit la progression du côté de pays comme Indonésie ou le Mexique. On remarque surtout que la publication d’avis et commentaires semble avoir atteint un seuil de maturité, et que les utilisateurs ont pris l’habitude de partager leur expérience sur divers sites populaires. Ainsi, au Canada en 2016 la moyenne était de 4,05 sur 5 pour les 3102 hôtels analysés, avec une progression de 28% pour les avis rédigés comparativement à 2015.

Cliquez ici pour lire la suite

Source: Frédéric Gonzalo

Twitter

Nominations

Bruno Leclaire nommé chef de la direction des systèmes d'information de Transat

Transat annonce la nomination de Bruno Leclaire au poste de chef de la direction des systèmes d'information (DSI) et des solutions numériques, avec effet le 1er novembre. M. Leclaire succèdera à Michel Bellefeuille, qui occupait cette fonction depuis huit ans et qui prendra une retraite active le 31 décembre prochain.

Bruno Leclaire s'est joint à Transat en 2015 en tant que vice-président, Commerce électronique et chef, Solutions numériques. À ce titre, il est en charge de la stratégie numérique de Transat, y compris la distribution en ligne B2C, la gestion de la relation client (CRM), le marketing en ligne et la mobilité. Le cumul de ses fonctions actuelles et de ses nouvelles responsabilités à la DSI amènera M. Leclaire à piloter l'ensemble des grands projets technologiques de la Société.

Après avoir co-fondé Jobboom en 2000, Bruno Leclaire a occupé divers postes de direction, notamment chez Transcontinental et Québecor Média, ce qui lui a permis de développer une vaste expérience en technologies numériques et en commerce électronique.

M. Leclaire détient un baccalauréat en technologie de l'information à l'Université de Sherbrooke.

Voir toutes les nominations