Booking accorde-t-il un traitement de faveur à ses hôtels préférés?

Hébergement, Distribution, International · · Commenter

Le programme d’hôtels préférés de Booking est dans le viseur de l’Umih. La directrice France de l’OTA défend pour sa part sa légitimité, et les raisons de l’affichage avantageux des établissements inscrits.

Booking.com et les OTAs persistent à appliquer des clauses anticoncurrentielles, notamment les clauses de parité tarifaire restreinte ("Hotels preferred"), pourtant interdites par la loi Macron et le Tribunal de commerce de Paris. C’est en tout cas ce qu’affirme l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih), dans un communiqué qui vise Booking. Pourtant, l’Autorité de la concurrence ne formule pas un tel grief, dans son récent bilan de neuf pages sur l’efficacité des engagements pris par l’OTA, que nous avons consulté.

Que pense Vanessa Heydorff, directrice France, Espagne et Portugal de Booking, de la critique du syndicat hôtelier? "Le programme Hotels preferred est parfaitement légal, puisqu’il s’agit d’une offre opt-in : l’hôtelier est libre de le rejoindre ou non. Environ 4,6% de nos hébergements en sont membres". Mais la part des ventes qu’ils représentent serait nettement plus importante.

En retour, les établissements bénéficient d’un meilleur classement dans les résultats d’une recherche pour une destination précise, est-il expliqué sur le site du géant de la réservation hôtelière.

Au final, préférés ou pas, les hôtels ont-ils repris une partie de leur liberté tarifaire? C’est la question à laquelle l’Autorité de la concurrence souhaitait répondre, dans son récent rapport, suite aux engagements pris par Booking en juillet 2015. L’organisme reconnaît qu’il est difficile de se prononcer, puisque la loi Macron a renforcé depuis la fin de la parité (l’étendant aux canaux online des hôteliers). De plus, les attentats ainsi que la concurrence d’Airbnb sont venus perturber l’environnement dans lequel évoluent les hébergeurs.

Lire l'article complet

Source: L'Écho touristique

Twitter

Nominations

Association hôtelière de la région de Québec

L’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) est fière d’annoncer l’embauche de Marjolaine de Sa à titre de directrice générale
 
«Marjolaine possède une longue et forte expérience dans le domaine de l’hôtellerie,» explique madame Michelle Doré, présidente de l’AHRQ. «Nous sommes convaincus que nous avons choisi la meilleure personne pour ce poste important et crucial pour notre industrie. Elle connaît les ventes, le marketing, les communications, le service à la clientèle… Tous les aspects essentiels de notre domaine. Bienvenue Marjolaine!» 
 
Madame de Sa travaille depuis plus de 17 ans dans le domaine de l’hôtellerie et du tourisme. Son mandat le plus récent fut celui de superviser les aspects marketing et communicationnels des nouvelles installations du Village Vacances Valcartier. Elle possède aussi une solide capacité à s’exprimer publiquement pour représenter les intérêts des membres et de tous les joueurs du domaine hôtelier. 
 
«Ce poste est un nouveau défi que j’accepte avec humilité et un grand désir de satisfaire,» explique madame Marjolaine de Sa. «L’industrie hôtelière de Québec est un moteur économique crucial de la capitale et j’entends m’assurer qu’elle occupe la place qui lui revient, avec l’aide du conseil 
d’administration et des membres.» 
 
L’arrivée de madame de Sa fait suite au départ de Natasha Desbiens. Nous lui souhaitons bon succès dans ses nouveaux défis professionnels. 

Source: AHRQ 


À propos de l’AHRQ 

L’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) regroupe 115 établissements hôteliers et 50 membres affiliés situés sur le territoire de la région de Québec et de la Rive-Sud. Les membres de l’Association hôtelière de Québec offrent plus de 12000 chambres et emploient 6000 personnes dans leurs différents établissements. L’AHRQ a été fondée en 1965 et représente 95 % des hôtels de Québec. 

Voir toutes les nominations