AirBnB, canal de distribution hôtelière?

Chronique e-tourisme · · Commenter

Frédéric GonzaloOn leur donne plusieurs noms, de sites collaboratifs à économie du partage en passant par le peer-to-peer. De quoi parle-t-on? De plateformes permettant aux individus de se mettre en contact directement avec d’autres individus, sans passer par un intermédiaire. Le fleuron de ce mouvement est évidemment AirBnB, dont on parle abondamment depuis plus de deux ans, mais l’économie collaborative ratisse très large.

Hébergement: AirBnB, Couchsurfing, HomeAway (Abritel), Wimdu, Roomorama, HouseTrip, etc.
Restauration: Cookening, EatWith, etc.
Transports: Über, Lyft, ZimRide, etc.
Tours & Activités: Vayable, CanaryHop, etc.

Lire aussi: Hébergement illégal: l’industrie touristique face à un dilemme

If you can’t beat them, join them!
Pendant que les décideurs cherchent des solutions devant cette nouvelle et épineuse situation, notamment par la régularisation et la perception des taxes appropriées par des sites comme AirBnB, on voit de plus en plus d’auberges et hôteliers indépendants placer de l’inventaire sur ces réseaux, question de profiter de l’achalandage et des réservations incrémentales qu’on peut y trouver. Mais est-ce une bonne idée? Pour une auberge de quelques chambres, dont le propriétaire est habitué de répondre à chaque demande et d’allouer une chambre spécifique, il peut effectivement s’agir d’un canal non-traditionnel, assumant que le prix affiché inclue les taxes (provinciale, fédérale, régionale) applicables. Mais pour un grand hôtel comptant sur plus de 100 chambres? Pas vraiment.

UberLa prochaine frontière: le tourisme d’affaires
Lors de la conférence annuelle du GBTA (Global Business Travel Association) cet été, on annonçait l’intégration de l’offre et inventaire d’AirBnB et de l’application mobile de transport Über au sein de l’outil de gestion des voyages d’affaires Concur, le leader mondial dans le domaine. Le buzz de la conférence était d’ailleurs au sujet de l’intention clairement avouée des sites collaboratifs de percer sur le marché du tourisme d’affaires, donnant de nouvelles options aux voyageurs lors de leurs séjours et conférences.























Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, on voit qu’il y encore très peu d’internautes ayant fait l’expérience de ces sites d’hébergement alternatif, toute proportion gardée, à l’échelle mondiale. Il y a donc largement d’espace pour la croissance, ce qui explique sûrement pourquoi AirBnB obtenait plus tôt cette année un financement 450 millions de dollars, et une évaluation sur papier de 10 milliards de dollars, soit plus que Hyatt ou InterContinental Hotels & Resorts! Sans parler d’Über, qui vaudrait 16 milliards de dollars...

Formations
Vous souhaitez discuter des canaux de distribution, de TripAdvisor au rôle de Google en passant par les nouvelles plateformes, telles AirBnB et les autres? Voici les prochaines dates de formation sur le sujet:


Rédigé par Frédéric Gonzalo, collaboration spéciale.

Twitter

Nominations

Corporation plein air Manicougan/Jardins des glaciers

La Corporation plein air Manicouagan souhaite annoncer la nomination de Patrick Pelletier au poste de directeur des opérations du développement après 4 saisons à la barre des opérations à titre de coordonnateur. « Monsieur Pelletier a su relever chacun des défis  tant au niveau des opérations que de la gestion administrative des actifs de la CPAM », témoigne le président de la Corporation plein air Manicouagan.

« Les connaissances dans tous les domaines, avec du vouloir, ça s’apprend, mais la passion, tu l’as ou tu l’as pas. Patrick a la passion pour sa région. Je suis privilégiée de travailler à ses côtés. Les quatre dernières années ont été remplies de défis à tous les niveaux et ensemble, on a grandi dans cette aventure. Cette nomination est la suite logique d’un travail acharné », souligne Mme Renée Dumas, directrice générale. 

Voir toutes les nominations