Aéroports de Montréal publie ses résultats 2016

Transports · · Commenter

Aéroports de Montréal a annoncé ses résultats d'exploitation consolidés audités pour l'exercice clos le 31 décembre 2016. Ces résultats sont accompagnés de données sur le trafic de passagers de l'aéroport international Montréal-Trudeau, ainsi que sur les mouvements aériens, incluant ceux de Montréal-Mirabel.

FAITS SAILLANTS

Le nombre de passagers à Montréal-Trudeau a franchi un nouveau cap en 2016, soit 16,6 millions ou 6,9 % de plus qu'en 2015. Les trois secteurs - domestique, transfrontalier et international - ont bien performé

Le BAIIA (l'excédent des produits par rapport aux charges avant charges financières, impôts, amortissement et dépréciation des immobilisations) s'est établi à 254,2 millions $ pour l'exercice clos le 31 décembre 2016, en hausse de 21,6 millions $ ou 9,3 % par rapport à 2015.

Les investissements en capital de la Société ont atteint 254,8 millions $ en 2016 (237,4 millions $ en 2015). Les investissements dans les aéroports ont été financés par les flux de trésorerie provenant de l'exploitation, y compris les frais d'améliorations aéroportuaires (« FAA »), ainsi que par la dette à long terme.

 À Montréal-Trudeau, les travaux ont porté notamment sur :

  • l'agrandissement de la jetée internationale;
  • la construction de postes de contrôle des véhicules et des non passagers;
  • la réhabilitation et l'agrandissement de la baie 06D; et
  • l'aménagement de comptoirs d'enregistrement et de bureaux pour les compagnies aériennes.

À Montréal-Mirabel, les travaux ont porté principalement sur la réhabilitation de la piste 06-24 et de la baie d'attente 06.

RÉSULTATS FINANCIERS

Les produits consolidés se sont élevés à 527,2 millions $ en 2016, une augmentation de 38,7 millions $ ou 7,9 % par rapport à 2015. Cette hausse est attribuable, d'une part, à la croissance du trafic de passagers et des activités des transporteurs et, d'autre part, aux augmentations tarifaires, le tout net des programmes incitatifs et promotionnels pour assurer le développement de la desserte aérienne en matière de variété et de qualité de destinations. De plus, les revenus tirés des activités commerciales ont connu une croissance importante.

Les charges d'exploitation pour l'année en revue ont augmenté de 9,7 millions $ ou 5,8 %, atteignant 176,8 millions $ contre 167,1 millions $ en 2015. Cette variation s'explique par l'augmentation des frais opérationnels, notamment ceux reliés à l'ouverture de l'agrandissement de la jetée internationale et aux conditions hivernales, ainsi qu'à la hausse annuelle des salaires.

Les transferts aux gouvernements (paiements versés en remplacement d'impôts aux municipalités [PERI] et loyer à Transports Canada) ont atteint 96,2 millions $ en 2016 (88,8 millions $ en 2015), représentant un peu plus de 18 % des revenus totaux de la Société.

L'amortissement des immobilisations s'est élevé à 120,7 millions $ en 2016, ce qui représente une hausse de 8,5 millions $ ou 7,6 % par rapport à l'exercice précédent. Cette hausse résulte principalement de la mise en service de projets complétés au cours de 2015 et 2016, dont l'agrandissement de la jetée internationale en mai 2016.

Les charges financières sont passées de 91,6 millions $ à 97,7 millions $ en 2016, soit une hausse de 6,1 millions $ ou 6,7 % comparativement à l'année précédente. Cette augmentation s'explique principalement par la hausse des dépenses d'intérêts consécutive à l'émission de la série d'obligations M en juin 2015, à la diminution des intérêts capitalisés aux projets d'immobilisations et à la baisse des revenus d'intérêt générés par les surplus de liquidités.

L'exercice terminé le 31 décembre 2016 s'est soldé par un excédent des produits par rapport aux charges de 35,8 millions $ comparativement à 19,8 millions $ pour l'exercice 2015. N'eut été la charge de dépréciation du complexe de l'aérogare de Mirabel de 9 millions $, l'excédent de 2015 aurait été de 28,8 millions $.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS

Le BAIIA est une mesure financière n'ayant pas de sens prescrit par les Normes internationales d'information financière (« IFRS »). La Société présente le BAIIA, qui est une mesure financière n'ayant pas de sens prescrit par les IFRS. Il est donc peu probable que l'on puisse le comparer avec des mesures du même type présentées dans des sociétés autres que des aéroports. Le BAIIA est défini par la Société comme étant l'excédent des produits par rapport aux charges avant charges financières, impôts, amortissement et dépréciation des immobilisations. Ce dernier est utilisé par la direction comme indicateur pour évaluer la performance opérationnelle. Le BAIIA a pour objet d'apporter de l'information supplémentaire et ne devrait pas remplacer d'autres mesures du rendement préparées en vertu des IFRS. 

TRAFIC DE PASSAGERS : MONTRÉAL-TRUDEAU

Au cours du quatrième trimestre 2016, le trafic de passagers total à Montréal-Trudeau a augmenté de 6,6 % pour se chiffrer à 3,8 millions. Le trafic international est en hausse de 6,0 %, le domestique a crû de 9,7 %, tandis que le transfrontalier (États-Unis) affiche une croissance de 2,6 % par rapport au même trimestre l'an dernier. Pour l'exercice 2016, le trafic à Montréal-Trudeau a totalisé 16,6 millions de passagers, en augmentation de 6,9 % par rapport à 2015. 

TRAFIC DE PASSAGERS TOTAL*

*Note : Le trafic de passagers total inclut les passagers payants et non payants. 
Source : Aéroports de Montréal, résultats préliminaires

MOUVEMENTS AÉRIENS : MONTRÉAL-TRUDEAU ET MONTRÉAL-MIRABEL

Les mouvements aériens ont connu une légère augmentation de 1,4 % au cours du quatrième trimestre 2016, atteignant 57 263 mouvements comparativement à 56 441 l'an dernier. Pour l'année 2016, les mouvements aériens sont passés de  234 719 à 237 729, en hausse de 1,3 % comparativement à 2015.

Source:  Aéroports de Montréal  


À propos d'Aéroports de Montréal

Aéroports de Montréal est l'administration aéroportuaire locale responsable de la gestion, de l'exploitation et du développement des aéroports internationaux de Montréal-Trudeau et Montréal-Mirabel, depuis 1992. La société emploie 625 personnes qui sont réparties sur les deux sites aéroportuaires. ADM possède la certification ISO 14001 depuis 2000 et la certification BOMA BESt depuis 2008.

Pour de plus amples renseignements sur Aéroports de Montréal et ses activités, consultez notre site WEB: Aéroports de Montréal.

Twitter

Nominations

Destination Canada

Après un processus de nomination ouvert, transparent et fondé sur le mérite, M. Dave Laveau devient le premier Autochtone à être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Suite à ce processus qui tient aussi compte de l’égalité entre les sexes et de la diversité du Canada, l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, annonçait par voie de communiqué les huit nominations à ce prestigieux conseil. Cette nomination de M. Laveau vient sans contredit donner une voix supplémentaire au leadership de l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC), de Tourisme Autochtone Québec (TAQ) et de notre industrie.

M. Laveau est présentement vice-président de l’ATAC et directeur général de Tourisme Autochtone Québec (TAQ), association chargée de défendre les intérêts des entreprises touristiques autochtones du Québec en leur offrant des produits et des services favorisant leur développement, les meilleures pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. TAQ est la plus ancienne association touristique autochtone au Canada comptant plus de 25 ans d’actions. Elle représente plus de 180 membres actifs, associés et délégués impliqués dans le développement fondamental du tourisme autochtone au Québec.

« C’est un réel honneur pour moi, à titre d’Autochtone, mais aussi de leader de l’industrie touristique du Québec, d’être nommé au conseil d’administration de Destination Canada. Il s’agit également d’une responsabilité et d’un privilège de prendre part à ce grand cercle décisionnel qui assure la vitalité de l’industrie. » a déclaré M. Laveau. Récemment au Québec, le ministère du Tourisme réaffirmait le positionnement stratégique du tourisme autochtone dans la mise en œuvre de ses stratégies sectorielles. Cette nomination s’ajoute donc aux signaux forts lancés par les deux paliers de gouvernement pour notre industrie.  

« La nomination de M. Dave Laveau au conseil d’administration de Destination Canada témoigne d’une plus grande reconnaissance du rôle de l’industrie touristique autochtone et j’en suis très heureux », a déclaré M. Keith Henry, président-directeur général de l’ATAC. « Son engagement continu envers le développement du tourisme autochtone va au-delà de la province de Québec. M. Laveau est passionné par la croissance du secteur partout au Canada. Il s’agit d’un engagement renforcé envers le tourisme autochtone, suite à la récente annonce dans le budget fédéral 2017 d’un financement de 8,6 millions de dollars. »

L’industrie touristique autochtone au Canada emploie plus de 33 000 personnes et génère 1,4 milliard de dollars du PIB annuel canadien. Le plan quinquennal de l’ATAC, La voie de l’avenir, vise à augmenter la contribution du tourisme autochtone au PIB annuel canadien de 300 millions de dollars, à atteindre un total de 40 233 travailleurs dans l’industrie touristique autochtone et à créer 50 nouvelles entreprises touristiques autochtones.      


À propos de l’ATAC

L’ATAC vise à améliorer la situation socio-économique des Autochtones en offrant des services consultatifs en matière de développement économique et grâce à des congrès sur le tourisme, des séances de formation et des ateliers sur le renforcement des capacités, de la recherche et des informations sur l’industrie à l’intention des opérateurs touristiques autochtones et des communautés des 13 régions (10 provinces et 3 territoires du Canada). L’ATAC établit des liens avec d’autres groupes et régions ayant des mandats similaires, unissant ainsi l’industrie touristique autochtone au Canada et mettant l’accent sur le soutien collectif, le développement de l’offre touristique, la promotion et le marketing des entreprises touristiques culturelles autochtones de façon respectueuse. Le conseil de l’ATAC est composé de représentants de l’industrie touristique autochtone de chaque province et territoire. Pour plus d’informations, veuillez consulter Aboriginalcanada.


À propos de TAQ

TAQ est l’association touristique sectorielle reconnue par le ministère du Tourisme comme porte-parole officiel du tourisme autochtone et par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador comme représentant d’un lieu d’échange et de services dans le domaine du développement et de la promotion de l’offre touristique autochtone. Vouée également à la commercialisation des expériences et produits touristiques autochtones, notre mission est d’offrir aux entrepreneurs autochtones du Québec impliqués dans l’industrie touristique, un organisme de représentation qui défend leurs intérêts, stimule leur développement et leur offre une gamme de produits et de services favorisant le développement des entreprises, l’amélioration des pratiques d’affaires et leur positionnement sur les marchés touristiques. Au Québec toujours, le nombre d’entreprises touristiques autochtones a plus que doublé depuis le début des années 2000. Rappelons qu’annuellement, le Québec autochtone partage sa culture avec plus d’un million de visiteurs et crée près de 3 500 emplois tout en totalisant des retombées économiques de l’ordre de 169 M$. Pour plus d’information veuillez consulter Tourisme autochtone.

Voir toutes les nominations